Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Forum politique de haut niveau sur le développement durable

Le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Nestor Bassière(à droite)

Le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique reçu en audience par le ministre italien de l’environnement, de la terre et de la mer

(New York). En marge des travaux du Forum politique de haut niveau sur le développement durable, le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique a été reçu en audience par son homologue italien de l’environnement, de la terre et de la mer.

Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur la coopération entre le Burkina Faso et l’Italie, mais également sur celle qui lie l’Union européenne et l’Union africaine.

En introduction aux échanges le Ministre Italien de l’environnement, de la terre et de la mer a réaffirmé l’intérêt que le Gouvernement italien accorde aux questions environnementales dans le monde et en particulier à la problématique de la désertification en Afrique, l’une des conséquences des changements climatiques.

 » La lutte contre la désertification en Afrique est une priorité pour l’Italie et les pays du Sahel qui sont fortement touchés par le phénomène sont au cœur des préoccupations italiennes », a précisé le Ministre Italien de l’environnement, de la terre et de la mer.

Il a informé son homologue burkinabè de la participation de l’Italie à la Conférence sur la désertification qui se tiendra à New Dehli, en Inde, du 09 au 10 septembre 2019, afin d’inviter la communauté internationale à accorder l’attention qu’il faut à la situation du Sahel.

Pour ledit sommet, le Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) et le Gouvernement italien souhaité une participation du Président du Faso en tant que Président du G5 Sahel afin de faire entendre la voie des pays membres de cette entité.

Il a par ailleurs indiqué que l’Italie travaille avec le Royaume uni pour soumettre la candidature de Londres à l’organisation de la COP26. Le Ministre italien a sollicité le soutien du Burkina Faso pour cette candidature et précisé que si cette candidature était retenue, une préCOP consacrée au continent Africain sera organisée pour identifier les thèmes que ce continent compte poser sur la table des discussions de la COP26. Poursuivant sur l’intérêt de l’Italie pour l’Afrique et les défis de la désertification, il a rappelé que son pays a créé à Rome le Centre de lutte contre la désertification en partenariat avec l’Union européenne. Ce centre offre aux africains des possibilités de renforcement de capacités en matière de lutte contre la désertification.

S’agissant de la coopération avec le Burkina Faso, un projet de Mémorandum de coopération entre les deux pays est en cours d’élaboration en vue de renforcer davantage le partenariat entre les deux Nations.

Il a en outre annoncé une visite conjointe en 2020 au Burkina Faso, avec M. Ibrahim THIAW Secrétaire exécutif de la CNULCD et a émis le vœu que cette visite soit l’occasion pour matérialiser le renforcement de la coopération entre les deux pays à travers la signature du Mémorandum de coopération.
Prenant à son tour la parole, le Ministre Burkinabè a exprimé la gratitude du Gouvernement burkinabè au Gouvernement italien pour son appui technique et financier et s’est réjoui de ce que cette rencontre soit une opportunité pour fortifier les relations entre les deux pays dans le domaine de l’environnement et de lutte contre la désertification. « La désertification est une thématique au cœur des préoccupations des Burkinabè qui voient le désert engloutir en moyenne 4100 ha de terre par an «, a précisé Nestor Batio BASSIERE.

Pour lui l’urgence commande d’agir, car cette problématique a des répercussions sur tous les domaines y compris le développement, la paix et la sécurité.
C’est pourquoi, dira le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, le Burkina Faso s’est engagé à donner au Sahel une image de prospérité et de développement grâce à une victoire sur l’adversité climatique et désertique.

A l’issue des échanges, les deux parties se sont dit satisfaites des conclusions de la rencontre et ont promis de se retrouver à New Dehli pour poursuivre et approfondir les discussions.

DCPM/MINEFID

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles