Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Formulation du second compact du Burkina Faso : 300 millions de dollars pour deux projets dans les deux secteurs identifiés

Il s’est tenu le lundi 12 mars 2018, l’ouverture de l’atelier technique d’élaboration des documents de proposition de projets du second compact. C’était à la salle de conférence de l’Institut de Formation Ouverte à Distance (IFOAD) et sous la présidence du coordonnateur national du second compact du Burkina (UCF-Burkina), Samuel T. Kaboré. Ces travaux d’atelier s’étaleront du 12 au 16 mars 2018.

 

Le second compact sera orienté vers le domaine de l’électricité. Il prendra en compte les contraintes de qualification de la main-d’œuvre qui freinent l’efficacité, et la pleine valorisation de ce facteur de production. Selon Samuel T. Kaboré « La phase 1 du processus de formulation du second compact du Burkina Faso a abouti à l’identification de deux contraintes majeures, à savoir l’insuffisance, la mauvaise qualité et le coût élevé de l’électricité et le déficit de main d’œuvre qualifiée. A l’issue de la phase 2 du processus de formulation du second compact du MCC qui a abouti à l’adoption des notes conceptuelles respectivement sur l’électricité et la qualification de la main d’œuvre, le gouvernement a soumis au MCC, la proposition du Burkina Faso relative au concept du second compact ».

Formulation-du-second-compact-du-Burkina

Les projets bénéficiaires du financement portent sur ceux qui doivent nécessairement contribuer à « accroitre l’accès des entreprises et des populations et des populations à une électricité de qualité et à moindre coût et/ ou à améliorer la qualification de la main d’œuvre en adéquation avec les besoins des secteurs à fortes potentialités. » Ils doivent aussi porter sur les principaux secteurs de soutien à l’économie. Ils devraient également répondre aux critères suivants, la mise œuvre aisée et en 5 ans, une forte logique de programme, un impact économique important, une durabilité, un profil de risques gérables, un impact sur l’exclusion et l’appropriation nationale. Le calendrier d’exécution des projets se dérouleront sur la période 2020-2025.

La taille moyenne des programmes de MCC serait de l’ordre de 300 millions de dollars et servirait à financer deux projets dans les secteurs identifiés à savoir l’électricité. Et les fonds alloués pour les projets du MCC pourront être dépensés à partir de la fin de l’année 2020.

En rappel, c’est en décembre 2016 que le Burkina Faso a été sélectionné pour bénéficier d’un second compact. Pour 2018, dans la carte du score, le Burkina n’a chuté nulle part par rapport aux scores de 2017. Il faut noter de légères améliorations dans les libertés civiles, les droits politiques et la lutte contre la corruption qui ont constitués majoritairement des atouts pour le pays.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma(Stagiaire)

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles