Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Fonds nationaux de financement du MJPEJ : Le Ministre Salifo Tiemtoré expose aux députés leurs contributions à l’emploi des jeunes

(Ouagadougou, 25 octobre 2019) – Dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale par l’Assemblée nationale, le ministre de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, Salifo Tiemtoré, est intervenu le vendredi dernier devant les députés pour répondre à une question orale sans débats.

« Au Burkina Faso, 60% des jeunes ont moins de 35 ans. Le constat est que cette tranche de la population est touchée de manière disproportionnée par le problème de d’emploi », affirme l’auteur de la question, l’honorable député Marc Zoungrana. « Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous faire le point de l’impact des fonds d’appui sur le chômage des jeunes depuis 2015 à ce jour et quelles sont les perspectives pour réduire cette courbe de vulnérabilité des jeunes ? », interroge-t-il.

Avant d’aborder le fond de la question le ministre Salifo Tiemtoré a d’abord présenté les fonds d’appui logés au sein de son de département. Il s’agit du Fonds d’appui à la promotion de l’emploi (FAPE), créé en octobre 1998 et dont les montants alloués vont de 1,5 à 10 millions FCFA sur une durée de 5 ans ; du Fonds d’appui au secteur informel (FASI), crée en février 1998 et dont les sommes allouées vont de 100 000 à 1,5 millions FCFA ; du Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ) qui octroie des prêts de 200 000 à 2 millions FCFA pour les projets individuels et de 500 000 à 5 millions FCA pour les groupements et associations ; le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA) qui a vocation à appuyer et soutenir les initiatives des opérateurs de formation professionnelle et les actions individuelles et collectives de formation rapide à finalité d’emploi. Ce fonds prend en charge 87,5% du coût de la formation sans contrepartie financière.

S’agissant de leur impact sur le chômage des jeunes, les fonds ont alimenté l’économie nationale, de 2015 à 2019, à hauteur de 10 milliards 684 millions 422 mille 550 FCFA, a dit le Ministre en charge de la jeunesse. Ces initiatives vont de la transformation des jus, à la quincaillerie, en passant par les activités de tailleurs, de coiffeurs, de poissonniers, de bouchers, de soudeurs métalliques, de menuisiers, de l’alimentation générale, de prestataires de services et bien d’autres corps de métiers de l’économie informelle.

Ces fonds participent à la « promotion de l’esprit entrepreneurial et à l’auto-emploi des jeunes », a souligné le Ministre Salifo Tiemtoré. Ainsi, de 2015 à 2018, les fonds du MJPEJ ont financé 12 981 projets et généré 44 286 emplois
Le FAFPA, dont le nouveau paradigme d’intervention est de passer de l’offre de formation à celle de la demande, de 2015 à nos jours le montant des sommes investies en la matière est de 5 milliards 310 millions 146 mille 272 FCFA. Cette somme a permis de financer 385 projets et de former 25 833 bénéficiaires avec un taux d’insertion de 34,37%, selon une étude de 2016, a dit Salifo Tiemtoré dans son exposé aux députés.

Au chapitre des perspectives, les fonds de financement du Ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes (MJPEJ) sont bénéficiaires d’une ligne de financement de la Banque arabe pour le développement en Afrique (BADEA), et 5 milliards 500 millions seront destinés aux financements de microprojets. Pour ce qui est des ressources issues du partenariat avec le Khalifa d’Abu Dabi il est attendu 5 milliards 850 millions au profit toujours des fonds de financement, a annoncé le Ministre Salifo Tiemtoré.
Aussi a-t-il conclu son intervention en recommandant aux élus la dotation des fonds de son département de moyens humains, financiers et logistiques suffisants pour plus d’efficacité et le renforcement de la promotion de la formation entrepreneuriale

 

La Direction de la communication et de la presse ministérielle

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles