Connecte-toi avec nous

Développement

   |

FINANCES : Le Burkina Faso projette une croissance de 7%

La direction nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a présenté la situation économique du pays des Hommes intègres à l’occasion d’une rencontre avec les directeurs généraux des établissements financiers du Burkina Faso.

Il ressort que le Burkina Faso, à l’instar des autres pays-membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) enregistre des performances économiques satisfaisantes et un dynamisme de croissance favorable en 2018. Ce, malgré quelques signes d’inquiétude dans le monde.

Selon le directeur national de la BCEAO, Charles Luanga Ki-Zerbo, le taux de croissance de l’Union est projeté à 6,3% et celui du « pays des Hommes intègres » à 7,0% contre 6,9% en 2017. Il explique que ces évolutions se traduisent par des besoins de plus en plus importants de financement des entreprises, des ménages et des administrations publiques.

L’évolution du système bancaire burkinabè, affiche la mise en œuvre de grands chantiers du  plan comptable. Ceux-ci sont mis en œuvre de manière satisfaisante notamment avec l’ouverture de nouvelles banques. Les performances du système bancaire restent favorables et permettent de renforcer le soutien de ce système à l’ensemble de l’économie dans les mois à venir.

Toutefois l’inclusion financière de l’ensemble de la population de l’UEMOA reste un défi important. Selon Mr  Ki-Zerbo, il y a une stratégie régionale qui se met en place et la stratégie nationale qui s’articule à cette dernière, est quasiment finalisée et des concertations sont prévues pour coordonner les instances nationales porteuses pour que d’ici quelques années, l’accès aux services financiers soit totalement généralisé.

Sur le contexte sécuritaire du pays, le directeur national de na BCEAO Charles Ki-Zerbo a rassuré que pour le moment, il n’y a pas d’impacts directs sur le système bancaire, mais l’insécurité pourrait jouer sur le climat de confiance. « Le système bancaire doit aussi mettre à niveau ses outils et renforcer les échanges d’informations face à la menace », a suggéré le directeur national.

En 2017, l’activité économique a connu un accroissement du Produit intérieur brut (PIB) estimé à 6,5% contre 5,9% en 2016.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles