Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Finances-Emprunt obligataire : Le trésor public burkinabè recherche 75 milliards de FCFA

La direction générale du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP), en collaboration avec la Société burkinabé d’intermédiation (SBIF), a procédé au lancement officiel d’un emprunt obligataire public dénommé « TPBF 6,50% 2018-2025 ». C’était le 22 octobre 2018 à Ouagadougou. D’un montant de 75 milliards de FCFA, cette opération vise à mobiliser les ressources nécessaires pour le financement des projets de développement au Burkina.

 Le Burkina Faso en vue de mobiliser des ressources destinées au financement des projets porteurs de croissance inscrits dans le Plan national de développement économique et social (PNDES), recherche une fois de plus l’accompagnement des investisseurs sur le marché monétaire de l’UEMOA.

L’Etat Burkinabè a autorisé la direction générale du trésor et de la comptabilité publique à émettre sur le marché financier régional de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Cet emprunt obligatoire est le deuxième du genre titre de l’année 2018 après celui de mai dernier. Il porte sur un appel public à l’épargne, dénommé « TPBF 6,50% 2018-2025 » d’un montant indicatif de 75 milliards de F CFA. Avec un taux d’intérêt nominal annuel de 6,50% dont une maturité de 7 ans dont deux ans de différé.

Pour le Directeur Général du Trésor, Célestin Santéré Sanon, cette opération n’est pas nouvelle. En effet, explique -t-il, « c’est désormais une coutume pour le Ministère de l’Economie et du Développement, d’organiser des appels publics à l’épargne afin de mobiliser les ressources pour le financement du développement du Burkina Faso ».

« TPBF 6,50% 2018-2025 » constitue le 7ieme du genre émis par le trésor burkinabè. La dernière opération, à savoir celle de mai 2018 ayant permis d’avoir un taux de couverture de plus de 124%, fait porter de l’espoir sur l’opération en cours.

Le DG du trésor, Célestin Santéré Sanon, (archives ECODUFASO)

Le DG du trésor, Célestin Santéré Sanon, (archives ECODUFASO) 

Selon le Directeur Général du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP), Célestin Santéré Sanon, l’emprunt offre divers avantages, notamment les exonérations fiscales pour les résidents du Burkina Faso, l’inscription à la cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), l’admission des titres au refinancement de la BCEAO et le remboursement semestriel.

Pour le premier responsable du Trésor public et de la comptabilité, dans un environnement économique et financier de plus en plus concurrentiel, le Burkina Faso est fier de pouvoir s’appuyer sur l’accompagnement des partenaires pour faire face à ses défis. La souscription au titre privé constitue une belle opportunité de placement. Outre ces avantages, les titres du trésor du Burkina Faso ne présentent aucun risque de remboursement a-t-il conclu.

Alima Kanadjigui (Stagiaire)

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles