Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Fête de la Tabaski au Burkina Faso: Des préparatifs sous haute tension

C’est connu, la fête de la Tabaski encore appelée fête du mouton se tiendra le 24 septembre 2015. A Ouagadougou le contexte actuel burkinabè marqué par la sortie timide de la récente crise qui a secoué le pays des hommes intègres, impacte indéniablement les préparatifs de cette grande fête de la communauté musulmane.

Nous avons fait le tour des différents marchés de la capitale burkinabè pour constater l’effectivité des préparatifs de la fête qui jusqu’aux moments où nous bouclions notre article restait incertains. Au marché de bétails de la Gare routière sis Patte d’Oie c’est l’effervescence. Les revendeurs de bétails marchandent et les clients sur place négocient. Au vue du climat socio politique qui prévaut personne ne veut se prononcer d’aucuns même refusent que l’on puisse faire les photos. Une personne de bonne volonté décide de nous interpellé. Il se nomme le Dollars et semble très connu des revendeurs sur place. Et selon lui les prix du bétail n’ont pas connu de hausse comme font cas les rumeurs. Il ajoute « On ne peut pas augmenter les prix. Les banques sont fermées depuis maintenant une semaine. Nous comprenons que les gens n’ont pas l’argent même s’ils veulent s’approvisionner. »  Et pour lui, les prix varient en fonction du poids du bétail en question notamment 75 000 F CFA à 525 000 F CFA. Et à notre grande surprise, les clients étaient bien là Chacun négociant très fort pour au moins repartir avec ce « devoir religieux ».

Au Grand marché de Ouagadougou les portes restent toujours fermées sauf quelques boutiques ouvertes mais sans affluence. A Katre Yaaré l’ambiance est tout autre. Ici se sont les femmes qui sont venus se ravitailler en légumes et autres produits alimentaires. Si les produits de premières nécessités comme les céréales, l’huile, n’ont pas connu de hausse ce n’est le cas pour les légumes. Selon une vendeuse sur place cela s’expliquerai par le fait des précautions prises par les jardinières à cause de la crise. Ce qui a provoqué l’absence de certaines légumes comme les choux, les tomates et les poivrons frais. Elle rassure cependant et admet faire des efforts pour ne pas exagérer les prix car dit-elle, elle comprend les difficultés rencontrées par les clients.

Le long de la circulaire menant du SIAO à l’Echangeur de Ouaga 2000, de gauche à droite l’on pouvait aussi voir la volaille exposée par ci par là. Si la ville de Ouagadougou semble reprendre vie au fur et à mesure, l’heure n’est vraiment pas à la fête pour certains qui ne sont pas rassurés. Espérons que l’Accord signé au soir du 22 septembre 2015 entre le Régiment de Sécurité Présidentiel et le Chef d’Etat-major Général de l’Armée sous l’œil du Moogho Naaba Baongho puisse calmer les peurs et garantir une bonne fête de l’Aïd el-Kebir à Ouagadougou et dans tout le Burkina Faso.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles