Connecte-toi avec nous

Développement

   |

FESTIMA 2016: Le masque au centre de tous les intérêts

La 13e édition du Festival international des masques et des arts de Dédougou (FESTIMA) bat son plein, depuis le 27 février 2016 dans la cité de Bankuy. Cette édition marque aussi le 20e anniversaire de l’Association pour la sauvegarde des masques (ASAMA). A l’ordre du jour du festival, il est inscrit des conférences, des expositions, des spectacles de danse et de masque. Les acteurs culturels burkinabè à tous les niveaux ont marqué par leur présence à la cérémonie d’ouverture. .

« Créer les infrastructures de sauvegarde du masque africain », c’est sous ce thème que se tient la 13e édition du Festival international des masques et des arts de Dédougou (FESTIMA). La cérémonie d’ouverture a été marquée par une parade internationale de 500 masques venus du Burkina Faso, de la Côte d’ivoire, le du Bénin, du Togo, du Mali et du Sénégal. Ces masques, multicolores et multiformes, ont défilé dans les artères de la ville de Dédougou avant de se retrouver au Stade régional pour la cérémonie d’ouverture. Jeunes, femmes et vieux, personne n’a voulu se faire conter l’événement. On a noté également la présence massive des autre pays du monde. Le Parrain de la 13e édition, Mahamadi Bonkougou, PDG du groupe EBOMAF, après avoir salué la présence massive des autorités burkinabè et celle des festivaliers, a exprimé sa disponibilité à accompagner le festival pour en faire l’un des plus importants du monde entier. Tout comme le Carnaval de Rio de Janeiro au Brésil ou encore celui de Venise en Italie.

Autorités politiques et coutumières ont pris part à ma cérémonie d’ouverture

Autorités politiques et coutumières ont pris part à ma cérémonie d’ouverture

Pour les organisateurs, c’est un pari réussi, vu la mobilisation. « Tous les pays invités ont répondu à l’appel » s’est réjoui le président du Comité d’organisation, Tankien Dayo. Seuls les masques en fibre se sont donnés en spectacle. Quant aux masques en feuilles et ceux en tissus, ils rentreront en scène les prochains jours. A noter que cette édition marque aussi les 20 ans de l’Association pour la sauvegarde des masques (ASAMA) qui organise le festival. Le ministre de la Culture, des arts et du tourisme, Tahirou Barry a saisi l’occasion pour l’encourager pour les efforts fournis jusque là. « C’est ce qui me fait dire que le chemin parcouru est certes élogieux, mais que la vigilance, la détermination et la persévérance demeurent de mise. Il faut donc aller de l’avant, afin que par la culture nos peuples connaissent la véritable émancipation », a-t-il dit.

Mounbarak SILGA
Ecodufaso.com/groupe Ecodafrik

 

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles