Connecte-toi avec nous

Portraits

   |

Evelyne Ruffin Ouédraogo : « Why Not Café», la réalisation d’un rêve

L’une des questions qui préoccupent bon nombre de burkinabè aujourd’hui est l’employabilité des jeunes diplômés. C’est pourquoi depuis maintenant une dizaine d’années, l’Etat burkinabè et même certains particuliers à travers des programmes forment chaque année environ un millier de jeunes à l’entreprenariat. Et ce afin de cultiver l’esprit entrepreneurial au sein de la couche juvénile au Burkina. Elle, n’a pas attendu cela. En effet dès sa tendre enfance, elle voulait sa propre entreprise à l’image de sa mère. Elle, c’est Evelyne Ouédraogo, jeune promotrice d’un maquis -resto, le « Why Not Café ». Nous l’avons rencontré dans son fief au quartier 1200 logements, route « Boins Yaaré. »

Ecodufaso.com : Qui est Evelyne Ouédraogo ?
Evelyne R. Ouédraogo : Je suis Promotrice du Why Not Café. Je suis née à Ouagadougou mais originaire de Saponé à quelques kilomètres de Ouaga. Parallèlement, je suis actuellement en fin de formation à l’Université Aube Nouvelle, en Marketing -Management. J’ai grandi à Ouahigouya dans la Région du Nord du Burkina, ou j’ai suivi mon cursus secondaire, sanctionné par le Baccalauréat.

D’où vous est venue l’idée d’entreprendre ?

J’ai toujours été passionnée par le marketing depuis toujours. Au début, ce choix a été guidé par mon père même si je n’étais pas très consentante, j’hésitais vraiment. Et par la grâce j’y suis allée, j’ai commencée et j’ai admiré. Même à l’université je commercialisais déjà des petits trucs à mes camarades. Et j’ai pensé bien sûr à mettre en place mon propre business dès que l’opportunité se présentera.

Raconter nous l’histoire du Why Not Café

Comme son nom l’indique en anglais Why Not Café veut dire « pourquoi pas un café ? » Je voulais avoir un maquis, un kiosque ou un restaurant à moi. Donc j’étais en circulation sur la grande voie menant à « Boins yaaré » tout en observant le paysage et soudain j’ai vu l’aménagement qui était beau et je me suis dit pourquoi pas ici. J’ai demandé automatiquement à voir le bailleur qui m’a présenté des conditions assez souples pour moi. Je n’ai pas hésité et quelques temps plus tard j’ai mon activité.
Why Not Café emploie à ce jour, cinq personnes : une fille pour les services du restaurant, deux jeunes comme garçons serveurs, un boucher qui fait des brochettes et un gardien pour la sécurité.
Le Why Not Café a seulement 1 an d’existence. Le contexte socio-politique ne nous est pas avantageux. Malheureusement la crise enchainée avec la campagne électorale rendent la tâche difficile. Mais il y a du positif puisque des débuts à aujourd’hui je sens que le taux de fréquentation a augmenté.

Comment vous vous organisez entre vos cours et la gestion du Why Not Café ?

J’ai opté pour les cours du soir. Ce qui me permet toute la journée de rester sur place au Why Not Café afin d’avoir un œil sur le service. En effet, Je suis là tous les jours pour mieux superviser le travail. Mes soirées sont réservées pour mes études. C’est dure mais c’est mon choix et je m’épanouie vraiment.

Des attentes ?

Un accompagnement ou un partenariat seront les bienvenus. Déjà il y a un partenariat avec la SODIBO. Ça marche bien mais ce n’est pas suffisant. S’il y a des structures qui sont intéressées par nos services l’on peut voir comment travailler ensemble. Sur le plan financier aussi, je suis en train de me tourner vers les structures qui offrent les micros crédits par ce qu’avec les banques les conditions sont difficiles.

Quels sont vos perspectives à courts termes ?

Etant étudiante je vais à mon rythme pour le moment. J’aimerais diversifier les activités de ma structure. Et d’ici là si tout va bien je souhaiterais étendre le réseau en ouvrant des annexes. Cela est vraiment un défi aujourd’hui pour moi. A court termes, nous voulons faire des projections vidéos régulièrement pour les amoureux du football, nous allons très bientôt rendre disponible le Wifi et même une animation spéciale musique live.

Je vous remercie

C’est moi qui vous remercie pour votre intérêt.

Entretien réalisé par Balguissa Sawadogo

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles