Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Etat des lieux du contrôle interne de 28 structures et programmes budgétaires du MINEFID

Aperçu des officiels

54% des directions opérationnelles évaluées, dans la zone «de base »

L’inspection générale des Finances (IGF) a procédé, ce mardi 4 février 2020 à Ouagadougou, à la restitution des résultats de la mission d’évaluation de l’état des lieux du contrôle interne des structures du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID). En effet, courant quatrième trimestre 2019, une mission d’évaluation de l’état des lieux du contrôle interne de 28 structures centrales et des programmes budgétaires du MINEFID a été conduite par l’IGF. Cette mission d’évaluation s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route du département de l’Economie, des Finances et du Développement pour l’opérationnalisation de la Loi organique relative à la Loi de Finances (LOLF), dans son volet contrôle, en vue d’une analyse diagnostique des dispositifs de contrôle interne des structures et des programmes budgétaires.

L’objectif général, selon le Dr Seglaro Abel SOME Secrétaire général, représentant le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, est de permettre aux structures de disposer d’une situation de référence et de cerner les contours des actions à entreprendre pour améliorer la maturité de leur contrôle interne. Le contrôle interne s’entendant comme étant un système organisationnel global de maîtrise des risques liés à la mise en œuvre des politiques publiques et la performance de l’action publique basé sur des critères relatifs à l’organisation, à la documentation et à la traçabilité.

Selon les résultats présentés par le chef de mission, l’inspecteur général des Finances, Tanga OUEDRAOGO, au titre des directions opérationnelles, la situation de l’état des lieux du contrôle interne indique :
– maturité de leur contrôle interne jugée « intégrée » : 2 directions ;
– maturité de leur contrôle interne jugée « établie» : 4 directions ont une;
– maturité de leur contrôle interne jugée «de base» : 15 directions;
– maturité de leur contrôle interne jugée «inexistante» : 7 directions.

54% des directions opérationnelles évaluées sont dans la zone «de base » ; ce qui signifie qu’elles disposent d’une gestion des risques centralisées, menée sur une base annuelle, mais limitée, non standardisée et peu documentée. En revanche, les deux directions classées dans la zone de maturité dite « intégrée » utilisent la gestion des risques comme un outil de gestion opérationnelle.

Concernant les programmes budgétaires du MINEFID, seul le programme « mobilisation des ressources » est classé dans la zone de maturité « établie ». Les quatre autres ont une cotation commune et faible qui les classe au niveau de maturité «de base ».

L’évaluation, selon M. OUEDRAOGO, a été menée en s’inspirant du référentiel COSO (Committee of Sponsoring Organizations of the Treadway commission) qui comporte cinq composantes du contrôle interne que sont : « environnement du contrôle » ; « évaluation des risques » ; « information et communication » ; « activités de contrôle » et « pilotage ».

DCPM MINEFID

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles