Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Eradication du paludisme au Burkina Faso : Une mission de chercheurs…

Eradication du paludisme au Burkina Faso : Une mission de chercheurs égyptien apporte la solution durable

Une mission de chercheurs égyptien de l’INRAD (Innovative Research and Developpment » a rencontré la presse le 24 novembre 2015 à l’Ambassade de la République d’Egypte au Burkina Faso, à l’occasion d’une visite de travail avec le Programme National de Lutte contre le paludisme au Burkina Faso (PNLP/ BF) en présence de l’Ambassadeur de l République d’Egypte au Burkina, Hisham Mohamed NAGI.

Objectif, présenter aux hommes de médias et à l’opinion publique, un nouveau projet de traitement durable du paludisme qu’est la thérapie par la photovoltaïque. Qu’est-ce que la thérapie par la photovoltaïque ? Selon Dr Tarek A. El-Tayeb et le Dr. Walid A. Ali, c’est un mécanisme qui consiste à déterminer dans le pays concerné, les gîtes larvaires. La suite du processus consistera à utiliser une plante qui contient de la chlorophylle produite en poudre qui servira à être pulvériser. Et quand la larve consommera cette plante au contact du soleil il y a une réaction chimique qui se produit et c’est cela qui va contribuer à la destruction de la larve du moustique dès l’état larvaire. Enfin, il suffit de quelques minutes pour que la larve meure. Les deux chercheurs ont tenu à expliquer que le produit est naturel ce qui fait que le mécanisme n’a aucun effet nocif ni sur l’environnement ni sur les êtres humains. Pour observer les résultats efficients et efficaces de la mise en œuvre d’un tel projet cela va dépendre de la taille des gîtes larvaires. Les Spécialistes rassurent cependant qu’en deux ans, une chute de 50% à 60% peut être observée et le taux d’efficacité du produit est de 95%. Cette thérapie a déjà été utilisée en Egypte et a permis d’éradiquer le paludisme dans ce pays. Des pays comme, l’Ethiopie le Soudan, l’Ouganda, la côte d’Ivoire et le Ghana ont adhérer au projet.

Qu’en est-il pour le Burkina Faso ?

Le paludisme est la première cause de consultation, d’hospitalisation, et de décès dans les formations sanitaires au Burkina Faso a souligné le Coordonnateur du PNLP, Dr Yacouba Savadogo. L’ampleur est réelle a-t-il ajouté. Cette donne fait qu’une telle initiative est louable car a-t-il martelé qu’à en croire les initiateurs elle permet de réduire fortement le nombre de cas de paludisme et le nombre de décès liés à cette maladie. Il a rappelé cependant que cette rencontre est la première et rassurer que compte rendu sera fait aux autorités sanitaires du pays pour une éventuelle suite à donner au projet.

Les chercheurs ont tenu à préciser qu’en ce qui concerne l’intervention au Burkina Faso, elle sera basée sur une forme de coopération entre pays et propositions seront faites pour que les bailleurs puissent accompagner ce projet vital pour la nation burkinabè et maintenir la flamme de la coopération entre l’Egypte et le Burkina Faso. Si le projet est adopté par les autorités burkinabè des personnes seront formées et des étudiants burkinabè pourraient obtenir de visas de spécialisation à l’Université du Caire. Le palu tue et à en croire les spécialistes la thérapie par la photovoltaïque est la solution pour éradiquer définitivement le paludisme hors des frontières burkinabè à l’exemple de l’Egypte.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles