Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Entreprises : Le climat « grincheux » des affaires inquiète les chefs d’entreprises

A l’aube de la nouvelle année 2018, la santé des affaires au Burkina Faso ne s’affiche guère reluisante. Faut-il le rappeler le dernier rapport Doing Business publié par la Banque Mondiale indiquait une régression du niveau du climat des affaires au Burkina. Elle reste peu favorable à la bonne marche de l’économie nationale. C’est l’avis des hommes d’affaires, publié dans un récent rapport de la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Burkina Faso (CCI/BF), et sur la perception du climat des affaires par les chefs d’entreprises burkinabè.
Les hommes d’affaires burkinabè tous secteur d’activités confondues sur la base d’indicateurs de résultats, tels le chiffre d’affaires, le niveau de l’emploi et l’investissement sont pessimistes quant à la bonne santé économique en fin d’année 2017. Cela est motivé sans doute par le fait qu’au 1er semestre 2017, la conjoncture économique et sociale apparait moyenne sinon mauvaise. A ce sujet, « Pour le second semestre de 2017, 56% des opérateurs économiques pensent que la situation socio-économique ne connaîtra pas d’amélioration sensible. »
Il ressort aussi clairement que plus de la moitié des chefs d’entreprises quelque que soit leur secteur d’activité notent un climat d’affaires défavorable. Par exemple, 56% des entreprises de services, 52% des entreprises de commerce et 49% des entreprises industrielles sont du même avis. Cependant, seulement 7% des chefs d’entreprises estiment que le climat des affaires était favorable au premier semestre 2017.
Les entreprises ont moins recruté en 2017…
A ces indicateurs moins reluisants, le niveau de l’emploi a stagné au premier semestre 2017 et n’évoluera pas jusqu’en fin 2017 dans tous les trois secteurs (industrie, commerce et services) a indiqué le rapport. Aussi, les investissements ont quasiment stagné pour l’ensemble des trois secteurs d’activités au premier semestre 2017 et pourraient évoluer faiblement à la hausse au second semestre de l’année relève le rapport. Le volume des exportations dans le secteur du commerce et de l’industrie a connu une baisse (64% d’avis dans le commerce et 48% dans l’industrie) tandis que celui des services ont stagné au cours de la période (67% d’avis).
Autres mauvaises performances, la majorité des chefs d’entreprises (63%) estime que la qualité de la prestation des services publics est moyenne.
 
L’environnement ou le climat des affaires est un concept qui prend en compte plusieurs paramètres comme la stabilité politique, la sécurité, la stabilité macroéconomique, les réalités géophysiques, la qualité des institutions financières, la facilité de faire des affaires, etc. Il permet d’orienter aussi les éventuels investisseurs sur les opportunités d’investissement.
 
 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles