Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Enseignement supérieur : 10 universités publiques et grandes écoles burkinabè bénéficient d’un accord de convention

Le ministre en charge de l’Enseignement supérieur Pr Alkassoum Maiga et le président de l’université Joseph KI-Zerbo, Pr Aliou Cissé ont signé des conventions de financement des contrats de performance au profit de dix universités publiques et grandes écoles burkinabè. La convention a été paraphée le 21 Janvier 2021.

10 universités publiques et grandes écoles burkinabè vont bénéficier d’un accord de convention de financement. Elles recevront pendant 3 ans, 11 milliards et demi de F CFA pour l’amélioration de la qualité de leur formation, nous apprend l’Agence d’information du Burkina.

Les bénéficiaires sont l’université Joseph Ki-Zerbo avec 2 milliards 800 millions FCFA, l’Université Nazi Boni, avec 1 milliard 450 millions, l’Université Thomas Sankara, avec 1 milliard 250 millions, et l’Université Norbert Zongo, avec 1 milliard 250 millions.

Egalement, les universités de Fada N’Gourma, de Dédougou et de Ouahigouya reçoivent chacune la somme de 850 millions de FCFA de même que l’Ecole normale supérieure de Koudougou et l’Ecole polytechnique de Ouagadougou. L’Institut des sciences reçoit 500 millions de FCFA.

« Ce financement permettra aux universités publiques et grandes écoles d’apporter des solutions à des problèmes récurrents de gouvernance et d’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur », précise le ministre Alkassoum Maiga. En effet, elles auront des avances de démarrage à hauteur de 20%, et en fonction de la mise en œuvre et de l’atteinte des indicateurs, des décaissements vont être faits. Si ces Institutions d’enseignement supérieur et de recherche (IESR) atteignent les objectifs avec cette somme, il leur sera octroyé d’autres ressources avec le soutien de la Banque mondiale, confie le Pr Alkassoum Maîga.

Les conventions signées font partie du Projet d’appui à l’Enseignement supérieur (PAES) qui bénéficie de l’assistance technique et financière de la Banque mondiale. Et la représentante de la Banque mondiale au Burkina Faso, Maïmouna Fam M’Bow a réitéré son engagement à accompagner le Burkina Faso pour l’atteinte d’un Enseignement supérieur de qualité.

L’atteinte des objectifs permettra d’améliorer la qualité de l’enseignement notamment la normalisation des années académiques.

Juste Bancé (Collaborateur)

Ecodufaso.com /Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles