Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Electrification des zones péri-urbaines : Bientôt 17 500 branchements à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso

Dans le cadre du Projet d’électrification des zones péri-urbaines de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso (PEPU), le ministre de l’Energie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, a effectué une visite terrain des réalisations des installations de la capitale politique, ce mardi, 5 mai 2020. Bientôt, les 17 500 branchements des deux grandes villes du Burkina seront opérationnels, a-t-on appris sur le terrain.

Sur les 17 500 branchements, ce sont 14 500 qui sont attendus à Ouagadougou et 3 000 à Bobo-Dioulasso. Avec le Projet d’électrification des zones péri-urbaines de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso (PEPU), le Burkina Faso aura plus 960 kilomètres de basse tension, 200 kilomètres de moyenne tension en sous-terrain et près de 100 kilomètres de tensions en aérien, a en croire les techniciens.

La délégation a visité les installations de quatre quartiers de Ouagadougou

A Ouagadougou, ce sont deux entreprises qui ont été recrutées pour l’exécution du marché. Il s’agit de Angelique International Limited (Inde) et INEO Energy & Systems (France). « Toutes les deux entreprises sont en date. Les matériels nécessaires aux travaux sont livrés sur le site. A Ouagadougou, nous avons un taux d’exécution à peu près de 90% », s’est félicité le coordonnateur du PEPU, Larba Kéré.

Le coordonnateur national du PEPU, Larba Kéré

« A Bobo-Dioulasso, les travaux sont pratiquement terminés. Ce sont 39 sections qui ont été électrifiées, reparties sur quatre arrondissements. Les travaux sont terminés, les branchements sont en cours », a indiqué Larba Kéré.

En attendant la campagne promotionnelle de branchement, le coordonnateur du PEPU informe que ceux qui désirent le branchement peuvent déjà prendre attache avec la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL). A titre d’exemple, il a cité les quartiers de Ouagadougou tels que Bonheur-ville et Sondogo où les travaux sont finis, et il ne reste que les branchements.

De manière globale, le PEPU coûte 31 milliards de francs CFA. Le projet est financé par la Banque africaine de développement (BAD), l’Etat burkinabè et la SONABEL.

Des techniciens en plein travaux durant la visite à Yagma

« Dans certains quartiers, les branchements ont déjà démarré »

Selon le ministre de l’Energie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, dans le Plan national de développement économique et social (PNDES), l’objectif était d’avoir un million d’abonnés en 2020. « Actuellement, nous sommes autour de 800 000. Il y a du travail à faire », a-t-il affirmé, car c’est « seulement 40% de la population qui a accès à l’énergie ». Mais dans le cadre du PEPU, ajoute le ministre, l’objectif est de faire en sorte que certains quartiers qui ont été lotis depuis plus d’une vingtaine d’années soient alimentés en électricité, pour ceux qui en ont les moyens.

Le ministre de l’Énergie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, demande l’indulgence des populations en cas de coupure d’électricité et les invite à gestion saine

L’objectif n’est pas encore atteint mais le patron du département de l’énergie se réjouit de l’avancement des travaux. « Je suis très satisfait de la tournée parce que nous sommes à 95% de réalisations. Dans certains quartiers, les branchements ont déjà démarré », a déclaré le ministre. Et de poursuivre que de « façon agressive, nous allons aller vers la lutte contre l’obscurité et faire en sorte que l’énergie puisse devenir un bien commun ».

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles