Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Électrification au Burkina : La BOAD à la centrale Bobo II

La représentante résidente de la Banque ouest-africaine de développement au Burkina Faso, Reine Ayeva, a visité, le 24 juin 2016, la nouvelle centrale électrique Bobo II. La BOAD a financé à plus de 15 milliards de FCFA la construction de cette centrale qui a une capacité de 125 gigawatts/heure par an.

La représentante résidente de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) au Burkina Faso, Reine Ayava, a visité tous les compartiments de la nouvelle centrale électrique Bobo II, réalisée à plus de 16 milliards FCFA. La banque y a contribué pour plus de 15 milliards de FCFA et le reste a été supporté par l’Etat burkinabè. L’apport de la Banque a permis l’acquisition, l’installation et la mise en marche de deux groupes qui vont injecter dans le réseau interconnecté de la SONABEL une capacité de 125 gigawatts/heure par an. La représentante résidente de la BOAD s’est dite satisfaite, car le projet a été bien réalisé. Elle est d’autant plus satisfaite que tous les groupes sont en marche, ce qui a contribué à réduire les délestages. Cette installation, a-t-elle dit, va permettre à la SONABEL de satisfaire la demande en énergie des populations. C’est d’ailleurs elle qui a initié le projet en vue de répondre au besoin d’électricité de la région, de la zone industrielle de Bobo-Dioulasso et du Burkina Faso tout entier. Pour le directeur des études et de la planification de la SONABEL, Daniel Sermé, la nouvelle centrale Bobo II a été d’un grand apport dans la gestion de la période de forte demande, en 2016. A en croire M. Sermé, des efforts sont en cours pour minimiser les délestages en 2017. Il est ainsi prévu de réhabiliter un certain nombre de machines pour récupérer 30 mégawatts. Cette initiative est appuyée par la Banque mondiale. Un autre projet de renforcement des capacités de production thermique sera mis en œuvre et va permettre de produire 50 mégawatts. Aussi, la construction de la centrale solaire de Zagtouli et l’interconnexion avec le Ghana (qui doit en principe être effective en septembre 2017) vont injecter dans le réseau de la SONABEL, du jus substantiel qui va permettre de diminuer les délestages au Burkina Faso, selon le directeur des études et de la planification.

Adaman DRABO
Eve KONE
(stagiaire)
sidwaya.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles