Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Economie Verte et changement climatique : Des opportunités présentées aux jeunes burkinabè

L’Organisation des Jeunes Africains pour le Développement et l’Emergence(OJADE-BF) et le Mouvement de Réflexion sur les Opportunités de Développement au Burkina-Faso(MROD/BF) ont co-organisé les 24 et 25 août 2018 à Ouagadougou un atelier national de la jeunesse sur l’économie verte avec pour thème principal : « La jeunesse face aux changements climatiques : Quelles solutions à travers l’Economie Verte », placé sous le coparrainage du ministre de l’Environnement et de l’Economie Verte, Nestor Bassière représenté ainsi que de Monsieur Abdoul Kader Ouédraogo, CEO de Executive Distribution Solution.

Au Burkina Faso, 80 % de la population vit de l’agriculture et de l’élevage. C’est l’un des pays les plus pauvres au monde, et le changement climatique menace les moyens de subsistance des habitants et a pour effet d’aggraver la faim. Consciente de cette préoccupation, le MROD/BF n’a pas manqué d’emprunter son bâton de pèlerin pour sensibiliser la jeunesse sur ces questions.

La Présidente du Comité d’organisation de l’atelier national de la jeunesse sur l’économie verte, Bibata Dinga explique : « Il s’agit d’informer plus les jeunes sur le concept d’économie verte. On voit que les jeunes entendent parler de l’économie verte mais ils ne sont pas vraiment imprégnés du terme. On a jugé nécessaire de les sensibiliser sur la question à travers un atelier national de formation. »

La Présidente du comité d’organisation Bibata Dinga espère faire profiter cette initiative à toute la jeunesse burkinabè

La Présidente du comité d’organisation Bibata Dinga espère faire profiter cette initiative à toute la jeunesse burkinabè

Une initiative qui est salutaire à en croire le représentant du co-parrain, Sompawendé Ouédraogo, par ailleurs Chargé de mission au ministère de l’environnement et de l’Economie verte. Selon lui, c’est une fierté de savoir que toutes les couches s’intéressent à cette question des changements climatiques. « Si aujourd’hui les jeunes s’intéressent à cette question, alors nous sommes conscients que nous pouvons arriver à juguler ou à avoir des comportements adaptés à ce phénomène dont nous ne pouvons qu’essayer de s’adapter et d’atténuer les effets » a-t-il indiqué au cours de la cérémonie d’ouverture de l’atelier.

Le Co-parrain, Abdoul Kader Ouédraogo partage son expérience avec ses jeunes frères

Le Co-parrain, Abdoul Kader Ouédraogo partage son expérience avec ses jeunes frères

Abdoul Kader Ouédraogo est un agro-buisnessman. Il est par ailleurs CEO de Executive Distribution Solution basée à New York, en Tanzanie, à Ouagadougou et en Chine. Venu partager son expérience avec ses jeunes frères du Burkina Faso, pour lui, l’initiative est bonne. Co-parrain de cette initiative, il confie : « c’est un plaisir de pouvoir partager notre petite expérience avec la jeunesse. Les questions attraient à l’environnement sont importantes d’autant plus qu’on peut en jouir et en tirer profit. »

Aux dires de l’homme d’affaires, les jeunes doivent comprendre que la nature donne tout et reprend tout. « Lorsque vous êtes dans cette dynamique c’est très facile. Il faut entreprendre des projets qui ne vont pas à l’encontre de l’environnement. Il ne faut pas naviguer à contrecourant. Il faut suivre le flot. Le plus souvent les projets dans le sens de l’environnement ne demandent pas beaucoup d’investissements. D’aucuns pensent qu’il faut beaucoup de capital mais en réalité c’est un investissement zéro » a conseillé Monsieur Ouédraogo. Il poursuit, il faut que les jeunes arrêtent d’hésiter par ce que le train est en marche et que tu le veuille ou pas quelqu’un va le prendre c’est pourquoi il faut le faire et avancer.

Au sortir de cet atelier les participants doivent être bien imprégner de la question afin de mieux percevoir les opportunités dans les domaines de l’économie verte. Ceux-ci doivent mieux distinguer les opportunités et aussi les risques afin de peser avant de se lancer. C’est ce qu’a laissé comprendre Madame Dinga, qui, a surtout sollicité les organisations et les institutions à soutenir un tel projet afin que le maximum de jeunes puisse bénéficier de cette opportunité de formation.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles