Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Economie verte au Burkina Faso : Vers un développement industriel inclusif…

Economie verte au Burkina Faso : Vers un développement industriel inclusif et durable

Le Groupe de Recherche et d’Analyse Appliquées pour le Développement (GRAAD) dans le cadre du PAGE (Partenariat d’Action pour l’économie Verte) a tenu un atelier de validation d’une étude sur « l’évaluation de l’Industrie verte au Burkina Faso », le 04 novembre 2015 dans la Salle de Conférence de l’Hôtel BRAVIA à Ouagadougou.

Il ressort de l’étude sur « l’évaluation de l’économie verte au Burkina Faso » que celle-ci « est définie dans cette étude comme une économie dans laquelle, les activités de croissance et de développement sont conçues et fondées sur des principes réglementaires et volontariste d’exploitation durable des actifs naturels de sorte qu’ils puissent continuer de fournir les ressources et les services environnementaux notamment pour les générations futures. » Vue sur ce plan, à cette économie verte les chercheurs du GRAAD associent l’industrie verte qui désigne l’industrie dans les secteurs dits « verts ». Ces deux concepts relativement nouveaux au Burkina Faso seraient pourtant une « mine d’or » pour la réduction de la pauvreté.

Economie verte  3A ce propos, le Secrétaire Exécutif du GRAAD, Damien G. Lankoandé a confié que l’industrie verte est une industrie capable de créer des richesses, des revenus, des emplois mais en étant efficace dans l’utilisation des ressources naturelles. Il a aussi attiré l’attention des différents acteurs sur la confusion souvent faite entre l’écologisme et l’économie verte. « Il y avait une certaine théorie qui disait qu’il ne faut pas couper les arbres, il ne faut pas manger du poisson ni de la viande, etc. et quand un bœuf meurt il faut faire des funérailles. Ce n’est pas cela l’économie verte» a-t-il signalé. L’économie verte dit qu’on ne peut pas survire sans ressources naturelles mais le point clé c’est de pouvoir les exploiter de façon efficace et de façon rationnelle. En tous cas pour le moment le concept semble être admis car en croire la Directrice générale de l’Artisanat, Sylvie Meda/ Somtié, « L’économie verte ouvre de nombreuses perspectives intéressantes. Dans un contexte comme celui du Burkina Faso, elle permet d’accroître la compétitivité de l’industrie, de diversifier davantage l’économie ce qui est capital dans notre pays ou l’économie est atrophiée autour du secteur agricole(…) Le verdissement de l’industrie est devenu incontournable si nous voulons accroître durablement la rentabilité de notre industrie, créer et consolider davantage les PMI, démultiplier et stabiliser les emplois, mais aussi et surtout, renforcer la sécurité sociale et le bien-être des populations. » Le présent atelier s’inscrit dans l’objectif de partager le contenu de l’étude aux participants composés des services techniques centraux et déconcentrés des ministères notamment ceux en charge de l’économie et des finances, du développement durable, des politiques sectorielle, le secteur industrie, les OSC et les partenaires techniques et financiers. C’est pourquoi au sortir de l’atelier les organisateurs entendent recueillir les critiques, les amendements et suggestions pour mieux finaliser le rapport.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles