Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Economie rurale : Un code des investissements pour mieux la promouvoir

Le Burkina Faso veut mieux encadrer la contribution de l’économie rurale au développement du pays. A cet effet, le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques s’est doté d’un code d’investissement agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique (CIASPHF).

Au Burkina Faso, le secteur rural occupe une place prépondérante dans l’économie nationale. Il emploie 86% de la population totale. Environ 40% du PIB provient des activités agricoles (agriculture 25%, élevage 12% et 3% foresterie et pêche), considérées comme étant les principales sources de croissance économique du pays.
Face à cette réalité, le gouvernement a mis en œuvre une série de réformes visant à créer les bases d’une croissance accélérée, en améliorant les conditions de vie des populations et en développant une agriculture durable. Après la phase d’ajustement structurel des années 1990, marquée par un processus de libéralisation et de désengagement de l’Etat des secteurs productifs, le pays a adopté depuis 2000 une stratégie de lutte contre la pauvreté qui vise à assurer une croissance économique durable, équitable et de qualité. Malgré les bonnes performances de certaines filières (coton, bétail/viande, céréales) et les avancées en termes d’opportunités offertes au secteur privé, les conditions de vie des populations rurales ne se sont pas améliorées de façon significative; l’incidence de la pauvreté s’est même accrue au cours des dix dernières années. La vulnérabilité due aux aléas climatiques, l’accroissement insuffisant de la productivité agricole et la faible diversification des revenus expliquent la persistance de l’insécurité alimentaire et économique des ménages ruraux. La mobilisation limitée des facteurs de production (terre, eau, capital, travail) et la dégradation continue des ressources naturelles sont liées à la faiblesse des investissements privés et publics, mais aussi aux déficiences de l’organisation du cadre institutionnel et des capacités de gestion.
C’est au regard de cette situation, que le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques a décidé d’élaborer le code d’investissement agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique (CIASPHF) dont l’avant projet de loi a été examiné le 11 octobre dernier. Ce code va donc s’appliquer aux filières agricoles (mil, sorgho, maïs, riz, niébé, manioc, patate, coton, mangues, banane, oignon, tomate, sésame, arachide, anacarde, igname, etc. Il prend aussi en compte les filières animales bétail/viande (petits ruminants, aviculture traditionnelle, aviculture moderne, lait, Porc, miel, cuirs et peaux, …. et les filières forestières, halieutiques et fauniques (bois énergie, bois d’œuvre, gomme arabique, Gibier, écotourisme, poissons, spiruline, pomme du Sahel, karité, néré, chenilles, liane, tamarin,… Ce code des investissements vise à faciliter les investissements et à mettre en œuvre, un dispositif spécifique d’incitation et de promotion des entreprises rurales. L’élaboration de ce référentiel fait partie des réformes retenues par le gouvernement burkinabè, pour une mise en œuvre efficace du Programme national du secteur rural (PNSR). Ce code permettra aussi de favoriser une meilleure contribution du monde rural à la mise en œuvre du plan national de développement économique et social (PNDES). En 2012, à l’occasion des journées de l’entreprenariat burkinabè, l’élaboration de ce code avait été identifiée comme défi majeur. Aujourd’hui, c’est chose faite. Le Secrétariat Permanent de la Coordination des Politiques Agricoles (SP/CPSA) s’en réjouit et estime que ce code viendra encourager les investissements à l’échelle rurale dans la mesure où certaines filières couvertes par le code avaient déjà contribué significativement à l’économie nationale en 2014 : Sésame (65,1 milliards), amandes de karité (23,9 milliards), noix de cajou (21, 2 milliards), beurre de karité (3,6 milliards), Mangue (3,6 milliards), bovins (1,9 milliard).

 

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles