Connecte-toi avec nous

International

   |

Economie – Guyane : un pont entre la France et le Brésil qui ne sert à rien

Un pont entre la France et le Brésil, construit en Guyane il y a quatre ans pour 50 millions d’euros, mais qui ne sert à rien.

La plus longue frontière de la France se situe en Amérique du Sud entre la Guyane et le Brésil (730 km). Un pont a été construit dans la jungle pour relier les deux villes frontières. Mais personne ne peut l’emprunter.

Pont france brésil1

Le pont sur l’Oyapock, qui unit en un saisissant raccourci la France et le Brésil, appartient à ces épopées, à ces conquêtes aussi inutiles qu’indispensables. « Concrètement, humainement, économiquement, ce pont ne servira à rien », m’a prévenu, au départ de Cayenne, le chercheur Gérard Police, Guyanais depuis plus de trente ans et docteur en études brésiliennes. « Mais c’est un super outil diplomatique et ­géopolitique, un monument presque ­totémique destiné à être inauguré et ­célébré. »

Pont france brésil2

50 millions d’euros. C’est le coût d’un pont qui a été construit il y a quatre ans entre la France et le Brésil, en Guyane. Un pont magnifique mais qui ne sert à rien. L’ouvrage fait 82 mètres de haut et près de 400 mètres de long.

Pont france brésil3

L’idée de ce pont remonte à 1997, quand le président Cardozo et Jacques Chirac décident de célébrer l’amitié franco-brésilienne; le projet traine et est relancé en 2008 par Nicolas Sarkozy et Lula. Le problème, c’est que côté brésilien, le pont abouti dans la forêt; aucune route n’a été construite; le pont est donc inutilisable.

Pont france brésil4
Luiz Inacio Lula da Silva et Nicolas Sarkozy à Saint-Georges de l’Oyapock, le 12 février 2008 (Philippe Wojazer/Reuters)

Pont france brésil5

La France a déjà construit des postes frontières, occupés par 25 policiers qui surveillent le pont pour qu’il reste inutile. Guyanais et brésiliens continuent de traverser le pont en pirogue, sans passeport, sans formalité douanière.

Pont france brésil6

3000 personnes s’installent dans le village à côté en attendant le pont
Attirés par la perspective d’un pont, près de 3 000 personnes sont venues s’installer dans la petite ville mitoyenne de Saint-Georges. Le nombre d’habitants a doublé et le maire est en colère car il doit gérer à lui seul les conséquences de cet afflux massif d’habitants.

Pont france brésil7

resistanceinventerre

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles