Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Economie : Comment réussir la mise en œuvre du PNDES ?

Du 20 au 21 juin 2016, près de 500 personnes sont réunies à Ouagadougou dans le cadre des assises sur le plan national de développement économique et social (PNDES). Leur mission : examiner de fond en comble le document provisoire et formuler des recommandations afin que les résultats escomptés soient atteints.

Le plan national de développement économique et social (PNDES) est le nouveau référentiel de développement du Burkina Faso qui remplace la stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD). Il devra permettre de mobiliser plus de 12 000 milliards de FCFA pour financer le développement du Burkina Faso sur la période 2016-2020. Pour une bonne exécution du plan, une appropriation est nécessaire. C’est pour cette raison que les différentes couches de la société burkinabè sont représentées à ces assises. On y retrouve des structures de l’administration publique, des acteurs de la société civile, du monde rural, de la jeunesse, des religieux et coutumiers, des représentants du secteur privé, des partenaires techniques et financiers, des personnes ressources,… Les assises ont été convoquées pour permettre d’apprécier l’analyse diagnostique, la stratégie et les dispositions de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation du PNDES, de dégager un consensus sur le projet de document du PNDES. Les travaux se déroulent en plénière et en commissions. Cette approche se veut conforme à la vision du PNDES qui est de faire du Burkina Faso, « une nation démocratique, unie et solidaire, transformant la structure de son économie et réalisant une croissance forte et inclusive, au moyen de mode de consommation et de production durables ». Le PNDES vise une croissance moyenne de 7,3% sur la période 2016-2020. Pour y parvenir, les principaux leviers sont l’accroissement de la production céréalière de 6,7% en moyenne par an, la production des cultures de rente au rythme annuel moyen de 7% portées par des spéculations émergentes (sésame, stévia, moringa,…), l’accroissement de la production d’or de 7,1% du fait de l’entrée en production de 03 nouvelles mines, l’accroissement de la production de zinc, de manganèse,… Le plan est bâtit autour de 03 axes stratégiques :
-Réformer les institutions et moderniser l’administration
-Développer le capital humain
-Dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles