Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Economie Burkinabè 2016 : L’Institut Free Afrik propose « la priorisation des priorités »

Economie Burkinabè 2016 : L’Institut Free Afrik propose « la priorisation des priorités »

L’Institut Free Afrik a rencontré la presse burkinabè dans toute sa composante l’après-midi du 15 janvier 2016 dans la salle de conférence Joseph Ki Zerbo dans l’enceinte de l’institut à Ouagadougou. Objectif partager les fruits de l’étude sur l’économie burkinabè 2016 à l’opinion publique.

Comme à l’accoutumée et à chaque début année, l’Institut Free Afrik, un Think Thank installé au Burkina Faso depuis 2012 livre les conclusions d’une étude menée par l’institut sur l’économie du pays. Et pour respecter cette tradition, le conférencier et Directeur de l’Institut, Dr. Ra-Sablga Seydou Ouédraogo a décortiqué l’économie mondiale et partant celle burkinabè en 2015, les perspectives économiques en 2016 ainsi que les points clés de l’économie à améliorer. Le contexte économique mondial est toujours secoué par la crise financière et économique de 2008 a introduit Dr Ouédraogo. Elle est aussi marquée par la récession, la chute des cours du pétrole et de l’or, et du coton, le changement de modèle économique de la Chine etc. La situation au niveau africain ne reste pas en marge dans ce contexte de mondialisation. L’économie africaine en 2015 a été perturbée par la maladie à virus Ebola, l’impact du terrorisme, et la baisse de la demande mondiale entrainant la baisse des recettes d’exportation. Au Burkina Faso, en plus du sombre contexte international, les évènements socio-politiques de 2015, ont marqué l’économie du pays. Mais à en croire le conférencier cette image sombre de l’économie pourrait cependant avoir de bonnes perspectives en 2016.

Free Afrik Eco BF 2016 2

« Consolider les reformes, engager le pays dans le long terme »

2015 a été une année de tous les défis pour le Burkina Faso. Et à en croire l’Institut Free Afrik des réformes importantes ont marqué cette période. Entre autre le nouveau code minier, la loi portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso, la loi organique relative aux lois de finances, l’institution de la journée de travail continu, etc. En 2016, ces réformes doivent être bien consolidées a martélé Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo.
Un autre point soulevé lors de la conférence de presse et non moins important est l’engagement du pays dans le long terme. Selon le Dr. Ouédraogo, cela va consister à bâtir une économie à long terme qui sera à mesure de créer d’avantages d’emplois et satisfaire les besoins socio-économiques combien énormes de la population. Et pour y arriver, il faut «l’indispensable priorisation des priorités », mettre l’accent de manière efficiente sur l’investissement public socle pour booster en toute sécurité et sérénité l’investissement privé et l’élaboration d’un référentiel unique qui va garantir la cohérence des politiques publiques. En attendant, le conférencier a expliqué aux hommes de médias que l’objectif de l’Institut Free Afrik est d’animer la vie économique grâce à la recherche et informer le citoyen lambda sur ces questions.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire