Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Eau et Assainissement: le programme coûtera 180 milliards de francs CFA

Le Chef du Gouvernement Christophe Marie Joseph Dabiré a donné le coup d’envoi du chantier

 

Le Burkina Faso bénéficie désormais d’un programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement, lancé le 25 avril 2019 dans la localité de Kilingbara, située dans la commune rurale de Kampti, Région du Sud-ouest. C’était en marge de la Journée Nationale du Paysan en présence du Chef du Gouvernement Christophe Marie Joseph Dabiré, représentant le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré.

 

Le programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement s’’inscrit dans le cadre de la volonté des autorités burkinabè d’œuvrer à l’amélioration de l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain.

D’un coût global de 180 milliards de francs CFA (environ 302,5 millions de dollars), le programme aura une durée de cinq ans. Le PAEA va permettre à environ 1,16 million de personnes dans quatre régions d’avoir accès aux services d’eau potable et à des infrastructures d’assainissement améliorées. La contribution financière de l’Etat burkinabè est d’environ 15,5 milliards de francs CFA (près de 26 millions de dollars), les bénéficiaires contribuent à environ 17 milliards de francs CFA (près de 28,5 millions de dollars), et 150 milliards de francs CFA (environ 252,1 millions de dollars) provient du partenaire technique et financier principal, à savoir la Banque mondiale.

 

Pour le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo, les réalisations de ce projet vont permettre l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement à environ 630.000 personnes en milieu urbain et 530.000 en milieu rural et l’accès à des infrastructures d’assainissement améliorées à environ 1,35 million de personnes.

Par ailleurs, il a fait savoir que ce programme va également contribuer à la création d’environ 10.000 emplois, dont exactement 1.303 emplois uniquement au profit des femmes, dans le cadre de la gestion des bornes fontaines.

 

Pour le Premier Ministre Christophe Marie Joseph Dabiré, le PAEA est la traduction en acte concret de l’engagement « zéro corvée eau » du Président du Faso. C’est aussi dit-il, la consolidation de la vision de développement du président du Faso à savoir l’amélioration de l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement déclinée dans le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).

Le PAEA couvre huit régions du pays et son volet hydraulique rural concerne quatre régions notamment les Hauts-Bassins, les Cascades,
la Boucle du Mouhoun et   le Sud-Ouest.

 

 

Moubarak Silga

Ecodufaso.com/Ecodarfik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles