Connecte-toi avec nous

Tic & Telecoms

   |

E-administration : Exploiter judicieusement les TIC pour de meilleures prestations

La journée mondiale sans papier (la world paper free day) est célébrée chaque 25 octobre. Elle vise à encourager les entreprises à se tourner vers le numérique et à limiter ainsi leur impact sur l’environnement. Le Burkina Faso a célébré la journée burkinabè sans papier le 17 décembre 2015 autour du thème : « TIC et développement durable». C’est l’occasion pour nous d’évoquer les enjeux et défis que le pays doit relever en matière d’e-administration.

Les statistiques publiées par le ministère du développement de l’économie numérique font froid dans le dos. Tenez. Un individu utilise en moyenne entre dix-sept (17) et vingt (20) rames de papier par an. Près d’un milliard de photocopies sont réalisées chaque jour au sein d’un même pays et un travailleur utilise en moyenne cinquante (50) feuilles de papier par jour soit une consommation de dix mille (10000) feuilles par an pour un équivalent en poids de quarante-cinq kilogrammes (45kg). La plupart des transactions professionnelles nécessitent plus d’une seule feuille de papier : un contrat peut facilement atteindre les deux cents (200) à trois cents (300) pages. Au Burkina Faso, même si les statistiques ne sont pas disponibles, le constat est établi que l’administration consomme énormément de papier. Les travailleurs en usent en en abusent à longueur de journée sans que cela ne soit véritablement nécessaire dans certains cas. Cette utilisation effrénée du papier a d’énormes conséquences sur l’environnement car ce sont des hectares de forêts qui sont dévastées chaque jour pour obtenir la pâte à papier à partir de fibres contenues dans le bois. Un arbre permet la production de huit mille (8 000) à dix mille (10 000) feuilles de papier. Les conséquences se font également sentir en termes financiers car les impressions, les photocopies,… coûtent extrêmement cher. Au regard de tous ces éléments, il y’ a lieu de tendre vers une administration électronique ou e-administration.

e-adminitration : de quoi s’agit-il ?

L’ administration électronique est celle qui exploite judicieusement les technologies de l’information et de la communication, notamment Internet, dans ses actes quotidiens. Elle permet aux usagers de ne plus se déplacer de guichet en guichet. Elle centralise et coordonne les procédures électroniques de ses différentes entités afin que celles-ci puissent être traitées de la même façon quelle que soit leur origine. L’administration électronique est une offre de téléservices qui vise la simplification de l’organisation interne, l’amélioration des relations avec les citoyens à travers la dématérialisation des procédures administratives. L’administration électronique a besoin d’impulsion et d’enthousiasme de la part des individus et des organisations, qui doivent faire preuve de clairvoyance et d’engagement. L’utilisation des TIC permet de réduire l’émission de gaz à effet de serre contribuant ainsi à protéger l’environnement. Les ordinateurs étant de plus en plus accessibles, pour les réunions, il n’est pas toujours nécessaire d’imprimer des tonnes de documents. Avec un vidéo projecteur, la consommation du papier peut être réduite. Les données peuvent être acheminées aux participants par le biais d’une clé usb. Le problème de l’archivage peut être résolu grâce aux outils GED (gestion électronique des documents). Il faut donc un changement en profondeur au sein des entreprises qui consisterait à n’imprimer les documents qu’en cas d’extrême nécessité. Certaines structures disposent d’ailleurs de chartes qui le précisent clairement. Au niveau macro, le développement de l’administration électronique passe par un certain nombre de conditions :
– établir un lien de confiance entre l’usager et l’administration, à travers la sécurisation des données
-Mettre régulièrement les sites internet des administrations à jour et rendre l’information disponible et accessible (open data)
-Traiter les préoccupations des administrés avec célérité et efficacité.
-Améliorer les infrastructures et équipements TIC par la réduction de la fracture numérique et la vulgarisation du haut débit.
Chaque acteur doit donc jouer sa partition afin que l’e-administration soit une réalité au Burkina Faso.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles