Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Douanes : En moyenne 500 milliards de FCFA mobilisés par an !

La douane joue un tripe rôle de recouvrement fiscal, de lutte contre la fraude et les grands trafics internationaux et enfin de protection de la sécurité et de la santé publiques. Elle s’attache à répondre aux besoins des entreprises pour soutenir la compétitivité, aux impératifs de recouvrement des recettes fiscales, aux exigences de protection des citoyens et de l’environnement, aux évolutions de la criminalité organisée, à la nécessité de développer les compétences des personnels. La douane joue un rôle majeur dans l’économie nationale notamment en facilitant le commerce et en offrant des procédures simplifiées, ainsi que des conseils personnalisés aux entreprises, en établissant les statistiques du commerce, utiles aux pouvoirs publics comme aux entreprises, en faisant respecter les règles des politiques commerciale et agricole communautaires en protégeant l’économie contre les pratiques déloyales, telles que le dumping ou les contrefaçons. La douane assure aussi la protection et la sécurité des citoyens en luttant contre toutes sortes de trafics, notamment les trafics de stupéfiants, d’armes et d’explosifs, d’espèces animales et végétales menacées d’extinction, en surveillant les mouvements de déchets nuisibles et toxiques à l’intérieur du pays, en contrôlant la circulation des produits stratégiques civils ou militaires, des produits radioactifs et celle des biens culturels, et en empêchant l’entrée au Burkina Faso de produits dangereux ou non conformes aux normes. Sur le plan économique, la Direction Générale des Douanes constitue l’un des plus grands pourvoyeurs de recettes publiques. Elle occupe une place de choix dans l’exécution du budget de l’Etat. Chaque année, elle doit contribuer à l’assignation budgétaire. Il s’agit d’un seuil minimum fixé au préalable par le législateur et qu’elle doit atteindre. Selon la Direction Générale des Douanes du Burkina Faso, les services de la douane collectent en moyenne, environ 500 milliards de F CFA, annuellement. La douane est engagée dans un processus de modernisation depuis quelques années. Ce processus se matérialise par la construction de nouveaux bureaux, l’amélioration des opérations de dédouanement, la mise en service d’un système automatisé de dédouanement des véhicules automobiles usagés, la mise en exploitation des scanners de Ouagadougou, et Bobo-Dioulasso, l’acquisition et l’exploitation de scanners, la mise en service d’un système de suivi satellitaire des marchandises en transit. En expérimentation depuis 2013, le Système de liaison virtuelle pour les opérations d’importation et d’exportation (SYLVIE) a été officiellement lancé le 16 février dernier. Sylvie doit permettre de réunir sur une seule plateforme électronique, toutes les administrations publiques et privées qui délivrent des documents exigés pour le dédouanement des marchandises. Si cette avancée technologique est à saluer, il n’en demeure pas moins que plusieurs défis doivent encore être relevés pour l’élargissement de l’assiette fiscale. Il s’agit entre autres de la résistance de certains acteurs de la chaîne, de la persistance de l’incivisme, de l’insécurité et de la criminalité,…

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles