Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Dossier Inoussa Kanazoe : L’homme d’affaires et ses collaborateurs poursuivis pour huit faits

Le Procureur près le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Ouagadougou Mme Maïza Sere/Sereme a animé un point de presse le lundi 24 avril 2017 au sein du TGI dans l’objectif de donner plus d’éléments d’information à propos de l’arrestation de l’homme d’affaire burkinabè PDG du Groupe Kanis, Inoussa Kanazoe et ses collaborateurs.
 
 
Il ressort de cette tête à tête avec l’autorité judiciaire des points importants à propos du dossier. Il s’agit dans un premier temps des motifs qui soutiennent l’arrestation de sieur Kanazoe et ses collaborateurs. Le Procureur près le TGI de Ouagadougou a expliqué qu’il est question de faits de faux en écriture de commerce, usage de faux en écriture de commerce, tromperie de consommateur, fraude fiscale, abus de confiance aggravée, usage frauduleux de numéro IFU, blanchiment de capitaux et des actes de complicité.
Deuxième élément d’information capitale pour ce qui concerne ce dossier, il ressort qu’hormis M. Kanazoe les autres personnes arrêtées ont été déférées. Il reste pour l’heure l’homme d’affaires actuellement interné en clinique et qui refuserait son déferrement. Ce qui a fait dire à Mme Sereme au cours du point de presse, que « Monsieur Kanazoe sera inculpé ce soir même [ndlr : lundi 24 avril 2017] par ce que force reste à la loi ».
Pour ce qui concerne le processus judiciaire a proprement parlé, il faut noter qu’il a été engagé suite aux révélations faites par le journal Courrier Confidentiel » dans sa parution n° 124 du 25 janvier 2017 à propos des surfacturations de plusieurs milliards de francs cfa. Et sur instruction du parquet général près la cour d’Appel de Ouagadougou. La présidente du TGI de Ouagadougou a été saisie à l’effet d’obtenir copie du rapport d’expertise de gestion de la société de cimenterie du Faso (CimFaso) concernant des informations sur des faits infractionnels. A l’issu de cela, le commandant de la compagnie de gendarmerie du Kadiogo, Youmandia Lompo, a été saisi. Ce préalable a soutenu l’arrestation de sieur Inoussa Kanazoe et ses collaborateurs. Pour la suite, un juge d’instruction a été saisi par réquisitoire introductif des faits reprochés à M. Kanazoe et ses collaborateurs.
Si ces faits venaient à être vérifié par des personnes compétentes, M. Inoussa Kanazoe risque un emprisonnement ferme d’un à 7 ans selon le délit avec une amende comprise entre un à cinq millions de f cfa.
Il a été renseigné aux journalistes que la période de couverture de ces faits n’est pas limité mais vont de 2013 à maintenant. Le ministère en charge du commerce et les douanes ont été également approchées pour avoir plus d’explications à propos de certaines fraudes. Leur retour est donc attendu.
L’enquête diligentée suit son cours. Des rapports de l’ASCE, du Premier Ministère, du ministère des finances, et des impôts ont servi de piédestal pour le démarrage du processus.
Un groupe de petits commerçants ont marché sur le TGI pour demander la libération de M. Inoussa Kanazoe.
 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles