Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Dossier charbon fin d’IamGold Essakane SA : Le Directeur Général, Mohamed Ourriban à cœur ouvert à propos de leur technologie

Le Directeur Général d’Essakane Sa Mohamed Ourriban

Comme à son accoutumée la société minière IamGold Essakane Sa a reçu les journalistes burkinabè pour une visite et des échanges autour de ses activités. Mais cette année, actualité oblige, le dossier portant saisie du charbon fin supposé contenir une quantité frauduleuse d’or, saisie par la Brigade nationale anti-fraude (BNAF) du Burkina Faso à Bobo-Dioulasso, a été au cœur des échanges.

La mine d’Essakane est une mine à ciel ouvert avec une teneur faible de 1g/tonne de minerai. Il faut donc comprendre que le processus d’utilisation du charbon fin est une innovation technologique pour maximiser la production d’or.

Des explications du DG, sur Chaque 100 grammes qui rentre à l’usine, la société récupère environ 92g. 8g sont perdus. Chaque pourcentage de gramme de plus récupéré coûte 5 millions de dollars (près de 3 milliards de F CFA, ndlr) comme bénéfice. D’où la nécessité pour la mine d’investir dans les technologies qui vont minimiser les pertes d’or faisant d’elle l’une des pionnières au Burkina Faso en la matière.

C’est depuis 2016 que la mine d’Essakane a installé son incinérateur de récupération d’or issu du charbon activé, fait à base de carcasses de noix de coco. Il est utilisé pour capturer les particules fines d’or. Dans le processus d’extraction de l’or avec le charbon, un tamis permet de séparer « le charbon grossier » et « le charbon fin ». Le charbon fin est alors traité et mis dans des sacs pour être expédié vers la fonderie a poursuivi le responsable de la mine.

Ce processus qui est une nouvelle trouvaille que la mine d’Essakane rend performante de plus en plus et pourrait profiter aux autres sociétés minières.

De juin 2016 à janvier 2018, l’usine a coulé plus de 5 000 Oz (environ 155 KG) à partir du charbon fin incinéré. Aux dire du DG, en raison des défis techniques, il y a eu une accumulation de charbon et autres résidus car la capacité de traitement de l’incinérateur était inférieure à la production journalière. D’où l’inittiative de convoyer cela au Canada où il existe des technologies mieux adaptées.

La mine d’or d’Essakane est l’une des plus importantes au Burkina Faso en termes de participation à l’économie nationale. La société dit s’en remettre à la décision de justice en cours. Car faut-il le rappeler, depuis fin 2018 suite à la saisie des conteneurs contenant du charbon, des experts ont été commis et l’affaire a été instruite par la Justice burkinabè.

 

Moubarak Silga

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles