Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Direction Générale des Impôts : Vent débout contre l’évasion fiscale

La fraude et l’évasion fiscale ont pignon sur rue au Burkina Faso. En 2015, une enquête parlementaire du Conseil national de transition (CNT) avait permis de mettre à nu certaines pratiques peu orthodoxes. Plus de 26,6 milliards de FCFA avaient été émis sous forme de chèques sans provisions. Certains récidivistes l’ont fait plus de 100 fois sans être inquiétés ; occasionnant d’énormes pertes pour le trésor public. En plus des 26,6 milliards, les restes à recouvrer s’élevaient à 100 milliards de FCFA.

Aujourd’hui, avec l’implantation des multinationales et le boom minier au Burkina Faso, les risques d’évasion fiscale sont de plus en plus élevés. La Direction Générale des Impôts veut anticiper. A cet effet, elle forme ses inspecteurs vérificateurs et agents chargés de renseignements à des fins fiscales sur leurs rôles et responsabilités dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale. Le DG des impôts, Adama BADOLO explique que les procédés sont de plus en plus sophistiqués car les « entreprises peuvent transférer leurs bénéfices fiscaux d’un pays à un autre dans le but d’échapper à la charge fiscale ». Pour lui, il est inadmissible de laisser des fraudeurs nationaux et internationaux, ruiner les modestes ressources du Burkina Faso en toute impunité.
Les vérificateurs vont donc renforcer leurs capacités en matière de renseignement et travailler davantage en synergie pour traquer les indélicats jusque dans leurs derniers retranchements.
A ce jour, la DGI doit recouvrer près de 200 milliards d’arriérés d’impôts. C’est dire tout le travail à faire.

 

 

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles