Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Direction générale des impôts Un plan d’investissement en élaboration

 
La Direction générale des impôts (DGI) a organisé, du 12 au 23 juin 2017 à Ouagadougou, un atelier d’élaboration du Plan d’investissement de la structure. La clôture de la rencontre a eu lieu le vendredi 23 juin dernier, en présence de la Directrice générale adjointe de la DGI, Catherine Coulibaly.
Le plan d’investissement de la Direction générale des impôts (DGI) sera bientôt disponible. L’élaboration du document a réuni des experts au cours d’un atelier du 12 au 23 juin 2017, à Ouagadougou. Durant les dix jours, le groupe de travail fort d’une dizaine de membres, a diagnostiqué la DGI. Ces experts ont examiné les difficultés, en termes de manque d’équipement, d’infrastructure, de matériels, etc. Ils ont fait des propositions. La clôture de l’atelier d’élaboration du plan d’investissement de la DGI a eu lieu le vendredi 23 juin 2017, en présence de la Directrice générale adjointe de la DGI, Catherine Coulibaly, représentant le Directeur général de l’institution.
De l’avis de la présidente du groupe de travail, Eliane Djiguemdé, l’atelier a permis de dégager quatre axes majeurs, à partir du diagnostic de la situation. Il s’agit selon elle, premièrement, la mise en norme de l’existant. «Cela implique l’entretien, la sécurisation et puis, le nettoyage des bâtiments. Il faut que déjà l’existant soit bien entretenu afin d’augmenter leur durée de vie», a expliqué Mme Djiguemdé. Le deuxième axe est relatif à l’accroissement des capacités de l’immobilier de la DGI. Selon la présidente du groupe de travail, le diagnostic a révélé une insuffisance totale de bâtiment et beaucoup de bâtiments en location. «Il apparait nécessaire de voir comment augmenter les capacités d’accueil de la Direction générale des impôts, par la construction de bâtiments adaptés aux spécificités de ses missions», a indiquée Eliane Djiguemdé.
Renforcer les capacités en matériels adéquats
Le troisième axe porte sur l’optimisation du parc automobile de la DGI. A entendre Mme Djiguemdé «le fait majeur à ce niveau est la tendance à la réduction des engins à deux roues, au profit des véhicules pour des sorties en équipes sur le terrain». Toute chose qui selon elle, pourrait garantir la sécurité des agents et davantage d’efficacité dans le travail. Quant au quatrième et dernier axe majeur, il concerne le renforcement des capacités des services du cadastre. «En guise d’illustration, pour dix services de cadastre opérationnels sur toute l’étendue du territoire nationale, il n’y a que quatre GPS. Nous avons estimé qu’il convient de mettre l’accent dans le renforcement de leur capacité par l’acquisition de matériels informatiques adaptés aussi bien en quantité qu’en qualité», a confié la présidente et rapporteur du groupe de travail.
Catherine-Coulibaly
Pour sa part, la Directrice général adjoint (DGA) de la DGI, Catherine Coulibaly, a reconnu que l’administration publique burkinabè, de façon générale, est confrontée à un problème de locaux. «La DGI n’est pas une exception. Nous ne disposons pas de locaux personnels et compte tenu de l’évolution du personnel et de la déconcentration de nos services, il était donc impérieux que nous organisions cet atelier afin de disposer d’un plan d’investissement à long terme», a-t-elle déclaré. La DGA a rappelé que la location des bâtiments coûte à la DGI 90% du budget du département et 10% du budget de l’Etat.
 
dgi
Selon Mme Coulibaly, une fois terminé, le plan d’investissement ne va pas dormir dans les tiroirs. «Le besoin est là (…) La mise en œuvre sera rigoureusement suivie», a-t-elle dit avant de faire remarquer qu’il s’agit d’une des revendications du syndicat des travailleurs des impôts.
ALEXANDRE TRAORE
Légendes des photos
1-    Durant 10 jours, la dizaine d’experts ont élaboré un plan d’investissement qui sera bientôt amendé
 
2-    La Directrice générale adjoint de la DGI, Catherine Coulibaly (droite): «Il était donc impérieux de disposer d’un plan d’investissement à long terme»
 
3-    La présidente du groupe de travail Eliane Djiguemdé a relevé que l’atelier a permis de dégager quatre axes majeurs, à partir du diagnostic de la situation
 

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles