Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Diner du Club des Hommes d’affaires franco-burkinabè : La problématique de la dette intérieure au cœur des échanges

Le bureau du CHAFB à la rencontre

 

 

Le club des Hommes d’affaires franco-burkinabè (CHAFB) a offert le vendredi 08 février 2018 un diner, sous le thème « Loi des finances 2019 et problématique de la dette intérieure ». C’est une équipe technique représentant le ministre de l’économie des finances et du développement qui est venue s’entretenir avec les participants.

C’est un diner qui a regroupé plusieurs hommes d’affaires franco-burkinabè 8 Février à l’Hôtel Silmandé autour de la problématique de la dette intérieure. La communication introductive a porté sur le budget de l’Etat, exercice 2019 avec l’équipe technique du MINEFID. Par ailleurs, des questions relatives à l’implication du secteur privé dans le secteur de l’investissement, les mesures fiscales de 2019, les facilités dans le système douanier burkinabè avec les interconnexions avec les pays voisins, le débat en cours sur le F CFA ont été abordées.

A l’entame de ces propos, le Directeur général du budget, Vieux Abdoul Rachid SOULAMA, a rappelé que le budget de l’Etat, exercice 2019, s’établit à 1 954, 564 milliards de F CFA en recettes et 2 213, 318 milliards de F CFA en dépenses. « Une attention particulière accordée aux secteurs de la défense et de la sécurité, aux secteurs de l’éducation et de la santé, mais aussi à la prise en charge des engagements avec les partenaires sociaux. » a-t-il fait remarquer.  Avec des recettes propres qui se chiffrent à 1 697 milliards de F CFA, elles sont  en hausse de 13,08% par rapport à 2018. Ces recettes représentant 86,82% des recettes totales du budget de l’Etat contre 83,72% en 2018. En outre, les dépenses d’investissement se chiffrent globalement à 628, 06 milliards de F CFA, dont 333,07 milliards de F CFA comme financement de l’Etat.

Par ailleurs, en ce qui concerne la dette intérieure, le Directeur de la dette publique, Boukary ZOANGA souligne qu’au 31 décembre 2017, l’Etat burkinabè avait un encours total de 1 024 milliards de F CFA et au 31 décembre 2018, l’encours provisoire s’établissait à 1 405, 61 milliards de F CFA.

Le Directeur général des impôts, Adama Badolo a rassuré les opérateurs privés qu’il n’y aura pas de nouveaux impôts pour les entreprises. Ce qui est un bon signe selon  le président du Clubs des Hommes d’affaires franco-burkinabè, Arnaud BOUHIER, en faveur du secteur privé. « Le CHAFP compte 112 entreprises et le gouvernement pourrait compter sur elles. Nous sommes à l’écoute et sommes aussi des supports pour le gouvernement afin de parvenir à atteindre les objectifs qu’il s’est fixés», a-t-il laissé entendre.

Les participants au cours des échanges

 

Le débat sur le franc CFA est revenu aux cours des échanges. Par ailleurs, le Directeur de la dette publique Boukary Zoanga a fait comprendre qu’il n’y a pas d’inquiétudes à se faire concernant le budget 2019, en cas d’un éventuel changement.

Concernant le réseau d’interconnexion douanier avec les pays voisins, le Directeur général des douanes, Adama Sawadogo rassure que l’interconnexion avec le Togo est effective et concerne les produits pétroliers.

Par ailleurs un nouveau membre Mediastat, une agence de communication a été présenté au participant.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com / Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles