Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Développement économique et social: Les syndicats et le secteur privé réaffirment leur adhésion au PNDES

Le Premier ministre (PM) Paul Kaba Thiéba a reçu, tour à tour, les représentants du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) et de l’Unité d’action syndicale (UAS), vendredi 13 janvier 2017 à Ouagadougou. A l’occasion, les hôtes du PM ont réaffirmé leur «entière adhésion» au Plan national de développement économique et social (PNDES), le nouveau référentiel de développement au Burkina Faso).
 

SUR LE MEME SUJET...
Des responsables du monde syndical et du secteur privé burkinabè ont été à la primature, le vendredi 13 janvier 2017, à l’invitation du Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Il s’agit de représentants du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) et de l’Unité d’action syndicale (UAS). Les deux délégations ont été reçues tour à tour. «Le Premier ministre nous a appelés pour nous remercier du soutien que nous avons fait au moment de la mise en place du PNDES», a déclaré le porte-parole de l’UAS, Paul Kaboré, à l’issue du tête-à-tête avec le chef du gouvernement.
De l’avis de M. Kaboré, par ailleurs, président de mois des centrales syndicales et syndicats autonomes, le PM n’avait pas à les remercier pour cela car «nous faisons notre devoir». Selon le porte-parole de l’UAS, le monde syndical burkinabè est convaincu que le PNDES est la bienvenue.
A entendre Paul Kaboré, ce nouveau référentiel de développement du Burkina Faso touche tous les secteurs d’activités du pays et va contribuer à améliorer les conditions de vie des populations. «Nous soutenons entièrement le PNDES parce que nous jugeons que c’est un bon programme pour les populations burkinabè», a-t-il souligné.
Le responsable syndical a relevé que 15 structures syndicales ont signé une déclaration de soutien des partenaires sociaux du Burkina au programme national de développement économique et social.
Avant de recevoir la délégation de l’UAS, le chef de gouvernement Paul Kaba Thiéba a reçu celle du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB). «Nous sommes venus apporter notre accompagnement au gouvernement pour la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social», a déclaré, Elie Justin Ouédraogo, vice-président chargé des relations extérieures et de la coopération du CNPB, à la sortie d’audience.
patronat-burkinabe
Il a remercié le gouvernement pour avoir associé le Patronat à l’élaboration du PNDES, à la conférence de Paris en France (les 7 et 8 décembre 2016) pour la recherche de financement du Plan de développement. «Nous avons profité de l’audience pour dire au Premier ministre notre disponibilité à accompagner la mise en œuvre du PNDES dans son volet partenariat public-privé où les opérateurs économiques peuvent apporter une contribution», a confié Elie Justin Ouédraogo.
Il a rappelé que le Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) est l’organisation faitière des groupements et associations professionnels du secteur privé au Burkina Faso.
Le CNPB regroupe plus de 80 associations d’entreprises professionnelles, incluant la chambre consulaire, la chambre d’agriculture, la chambre des métiers, etc. De l’avis du vice-président, le patronat est composé de près de 50.600 membres. De ce fait, cette structure est la voix par excellence du secteur privé burkinabè.
Paul-Kaba-Thiéba
Le Plan national de développement économique et social (PNDES) est le nouveau référentiel de développement du Burkina Faso pour les cinq années (2016-2021). Il a un coût global de 15.395 milliards de francs FCFA dont les 64% devraient être financés par les ressources propres et les 36% autres à rechercher à travers les contributions extérieures.
Lors de la conférence des bailleurs de fonds, tenue les 7 et 8 décembre dernier à Paris en France, les partenaires techniques et financiers ont manifesté des intentions de financement du PNDES dont le montant total s’élève à 18.000 milliards FCFA, soit au-delà des prévisions.
 

Alfred KANON
ecodufaso.com / ecodafrik.com

 

Annonce publicitaire