Connecte-toi avec nous

Non classé

   |

Deutsche Börse AG a débuté la diffusion des indices sur les emprunts africains en devises locales

La société allemande de gestion de bourse Deutsche Börse AG a débuté depuis le 24 novembre 2014, la diffusion des indices des placements à revenus fixes et les données sur les obligations souveraines émises dans les pays africains, suivies et mises à jour par Concerto African Bond Indices.

L’initiative allemande s’appuie sur une série de facteurs, le premier étant la forte croissance que connait l’Afrique et qui pousse ses pays à emprunter surtout localement, afin de réduire les expositions aux risques de change, et surtout d’élargir la base d’investisseurs locaux. Selon une étude menée justement par Concerto, la firme allemande qui développe l’indice, l’ensemble des obligations souveraines émises localement par 25 pays africains, constitue un montant global de 300 milliards $ pour des maturités de moyens ou de long termes, avec des taux variant de 2,5% à l’Ile Maurice, jusqu’à 25% au Ghana.

Il faut toutefois reconnaître que, malgré ce volume, la dynamique des titres obligataires sur les marchés secondaires en Afrique reste assez faible. Mais Deutsche Börse précise que pour être intéressante aux yeux d’investisseurs internationaux, il fallait une plateforme de présentation des données qui soit fiable, d’où le choix porté sur Concerto.

« Les nombreux développements positifs qui se déroulent en Afrique commencent à porter leurs fruits, ce qui signifie que des rendements attractifs sont à la portée des investisseurs ainsi que des possibilités de diversification. Nos indices leurs offrent une information transparente et fiable qui va au-delà des annonces dans les journaux », a déclaré Georg Gross, directeur de l’information et du service des données au sein de Deutsche Börse.

L’indice Concerto African Bond a été lancé en octobre 2013 et présente l’évolution des taux des emprunts locaux émis dans 12 pays africains, dont le Botswana, l’Egypte, le Ghana, le Kenya, l’Île Maurice, le Maroc, la Namibie, le Nigéria, l’Afrique du sud, la Tunisie, L’Ouganda et la Zambie. Elle traque les performances tant à l’échelle panafricaine, sous régionale, que par pays.

Deutsche Börse et son partenaire Concerto entrent ainsi de plain pied sur un chemin qui a connu une initiative forte au niveau africain, avec la mise en place de l’African Financial Market Initiative, une plateforme lancée par la Banque africaine de développement et sur laquelle on retrouve des données sur les obligations émises localement par des gouvernements de la région. A la différence de cette dernière, la plateforme allemande vendra ses produits.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.