Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

DEGUERPISSEMENT DE LA POPULATION KOUNKOUFOUANOU La population suspecte la présence de l’or

Les habitants de Kounkounfouanou, localité située à 70 Kilomètres de la ville de Fada N’Gourma dans la région de l’Est, ont été obligés d’abonner tout ce qu’ils procèdent le 16 juin 2015. Maisons et autres biens ont été brûlés, dit-on, par les forces de l’ordre et de sécurité, pour mettre en exécution la décision du conseil des ministres du 18 février 2015. La population pense que c’est à cause de l’or découvert depuis 2006. Nous avons visité la localité les 7 et 8 juillet 2015.

Moussa Diabouga est le patron du site d’exploitation artisanale de l’or de Kounkounfouanou. Il emploie, selon ses explications, 22 personnes. Et ce, après avoir investi une forte somme d’argent pour rendre le site rentable. La plupart des populations que nous y avons rencontré les 7 et 8 juillet derniers pensent d’ailleurs que c’est à cause de ce site que les populations ont été obligées de prendre la poudre d’escampette. Les maisons, les greniers, le marché, les boutiques, tout a été incendié. Moussa Diabouga a perdu une quantité d’or estimée à 72 grammes. Ce qui fait mathématiquement 1584 000 F CFA selon lui, puisque le gramme est vendu à 22 000CFA sur place. Selon nos interlocuteurs, les habitants de Kounfouanou vivaient en paix, depuis l’installation dans la localité en 1983 jusqu’à ce qu’on découvre qu’il ya l’or en 2006.Pour eux, la raison avancée pour les déguerpir, à savoir, la zone pastorale n’est qu’un prétexte pour les chasser de leur hameau de culture. De leur explication, l’on retient qu’ en 2004, les autorités d’alors avaient estimé qu’il faillait séparer les agriculteurs des éleveurs. C’est ainsi qu’une opération de bornage avait été lancée. Les agriculteurs ont, à cette époque, été invités à rejoindre la partie réservée à l’agriculture. Soit, 500 mettre après les bornes pour les premiers lieux d’habitation et 1 kilomètre pour les premiers champs. Ce qui fut fait. Pour avoir la version des autorités locales, nous avons rencontré le secrétaire général de la région, Mahamad Michara. Il précisé qu’il se prononçait en son nom propre et non au nom de l’administration. Pour, lui, c’est une décision de conseil de ministre, notamment celui du 18 février 2015 qui a été mis en exécution. Pour organiser un secours d’urgence, un recensement des populations délocalisées suivi d’une évaluation des besoins a été faite, a confié le Direction provinciale de l’Action sociale et de la solidarité nationale du Gourma, Drissa Sawadogo. En attendant ces secours d’urgence, plusieurs femmes, enfants et hommes dorment à sous les arbres. Ce sont des sachets plastiques qui sont utilisés en guise de nattes et de moustiquaires. 36 personnes interpelées et déférées à la maison d’arrêt et de correction de Fada N’Gourma après le déguerpissement attendent d’être fixées sur leurs sorts.

Mounbarak SILGA
ecodufaso/Groupe ecodafrik

Légende
1- Voici ce qui reste de Kounkounfouanou

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles