Connecte-toi avec nous

Développement

   |

De nombreux investisseurs intéressés par la gestion du nouvel aéroport…

De nombreux investisseurs intéressés par la gestion du nouvel aéroport de Ouagadougou

Les investisseurs se bousculent aux portillons du futur aéroport international de Ouagadougou-Donsin. A ce jour, 05 entreprises en provenance de la France, de l’Afrique du Sud, du Canada et de la Turquie sont en lice pour la gestion de l’aéroport. Au terme de la dernière phase du processus de sélection actuellement en cours, chacun sera situé sur son sort. L’avis d’appel d’offres international a été lancé en 2013 par la Maitrise d’Ouvrage de l’Aéroport de Donsin, agissant pour le compte du Comité Interministériel pour la mise en place de la Société d’Économie Mixte chargée de la gestion de l’Aéroport International de Ouagadougou (CISEM-AIO). Il a été suivi de la publication d’un avis de préqualification en juin 2015. Les investisseurs privés étaient invités à participer au processus d’appel d’offres relatif à la mise en concession en Partenariat Public-Privé de l’exploitation de l’aéroport de Ouagadougou puis, du nouvel aéroport de Ouagadougou-Donsin ainsi que des activités d’assistance en escale pour une période de trente (30) ans. Ce Partenariat Public-Privé vise la souplesse et l’efficience dans l’exploitation de l’aéroport existant de Ouagadougou et du nouvel aéroport de Ouagadougou-Donsin une fois ouvert, le développement et le maintien en bon état de fonctionnement des infrastructures aéroportuaires exploitées par des investissements conséquents, le rehaussement de la qualité des services rendus aux usagers ainsi que le renforcement des mesures de sûreté et de sécurité, la participation au financement des travaux de construction du nouvel aéroport de Ouagadougou-Donsin. Le Burkina Faso, qui veut délocaliser l’actuel aéroport a fait du nouvel aéroport de Donsin, un projet prioritaire. Prévu sur 4400 hectares contre 426 hectares pour l’actuel aéroport, le site de Donsin, à une trentaine de kms au nord de la capitale, devrait remplacer, avant 2020, l’actuel aéroport de Ouagadougou. Pour le financement du nouvel aéroport, l’Etat burkinabè a fait appel à ses partenaires techniques et financiers qui ont répondu favorablement. Les principaux bailleurs de fonds sont la Banque mondiale, l’AFD, la BAD, la BOAD, la BID, le Fonds saoudien de développement, le Fonds koweitien, la BADEA et le Fonds de l’OPEP (OFID).

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles