Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Datte : Un fruit qui rapporte

Principalement cultivée dans le monde arabo-musulman, la datte s’exporte partout dans le monde. L’une des variétés préférées des Burkinabè, la deglet nour, est très commercialisée durant le mois de ramadan.

L’Afrique du nord et le monde arabo-musulman sont les principales régions de production des dattes. Onze pays de ces régions réalisent 94% de la production mondiale. Pour les années 2003 et 2004, l’Egypte a récolté 1 100 000 tonnes selon la FAO. Cela représente 19% de la production mondiale. L’Egypte occupe la première place au monde et est suivie de près par l’Iran et l’Arabie saoudite. L’Algérie et la Tunisie, ou prospère la Deglet Nour, occupent respectivement la 6e et la 11e place du classement avec 450 000 et 110 000 tonnes par an.
La datte est un produit saisonnier. Ce fruit est très présent dans les pays musulmans. Il fait partie des habitudes alimentaires lors de nombreuses fêtes, surtout pendant le ramadan. En dehors d’être l’un des fruits traditionnels de la culture orientale et musulmane, la datte est souvent dégustée à ce moment là, pour son goût mais aussi parce qu’elle propose de solides apports énergétiques. Elle est composée de 70% d’eau. Très riche en sucres et en vitamine C, elle contient aussi des sels minéraux. Sa valeur énergétique est de 295 kcal par 100g. Il existe plus de trois cents variétés de dattes. Très peu sont commercialisées car la plupart se conservent mal.

La Deglet Nour est l’une des dattes les plus appréciées au monde pour son goût très sucré et mielleux. Elle est du reste surnommée la «reine des dattes. A Ouagadougou, à l’approche du ramadan, les articles de foi font place aux dattes devant les boutiques aux alentours du grand marché. Le sac de 100 kg se négocie en général à 100 000 FCFA mais les prix grimpent par moment au début du ramadan. Certains commerçants arrivent à en écouler des dizaines. Ils s’approvisionnent régulièrement en Tunisie, en Egypte ou en Algérie.

En plus des dattes sèches dont le kilogramme peut osciller entre 1000 et 1500 FCFA en fonction de la qualité, les commerçants proposent aussi des dattes fraiches venues d’Algérie. Mais celles-ci sont peu prisées par les consommateurs.

L’arbre des oasis

Le mot «datte» vient du grec ancien «dáktylos» qui signifie «doigt». Ce terme a été déterminé en référence à la forme du fruit. La datte pousse sur le palmier-dattier. Cet arbre très présent dans les oasis, s’épanouie dans un climat chaud et sec. Généralement haut de 20 mètres, un dattier donne des dattes de 10 à 200 ans. Il en fournit en moyenne 35 kg par an. Un palmier mâle peut fertiliser jusqu’à 50 palmiers femelles. D’où la présence majoritaire de femelles dans les palmeraies. La datte se révèle ces dernières années être un véritable créneau économique porteur pour le Maghreb. La culture de la datte permet de faire vivre de nombreuses familles, en Algérie ce sont plus de 200 000 agriculteurs qui travaillent dans ce secteur sans compter les personnes employées dans des activités annexes comme celles du conditionnement ou de la transformation du précieux fruit. Depuis 2004, grâce au soutien de la FAO, le Burkina Faso encourage les agriculteurs à faire pousser des palmiers dattiers pour empêcher l’avancée du désert dans les provinces septentrionales de Seno, Soum, Oudalan et Yahga. Les habitants de la région concernée profiteront du programme grâce à la fabrication de paniers avec les feuilles de palmier et à la vente de leurs fruits.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles