Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Couchsurfing : Entre lueurs et leurres

Les vacances tirent à leurs fins pour certains alors qu’elles commencent pour d’autres. Pourquoi ne pas tenter un couchsurfing pour se changer les idées ? ça vous dit ? Allons-y donc !

« Participez à la création d’un monde meilleur, canapé après canapé ! ». Telle est la philosophie du coursurfing. Son objectif : favoriser des expériences enrichissantes et positives. Le mot « couch » voulant dire canapé, le cousurfing est donc l’action de surfer, de voyager de canapé à canapé pour une durée n’excédant pas 03 jours maximum.
Le concept est né en 2004 quand un jeune Américain, Casey Fenton, décide de partir en vacances en Islande. Sans logement, il envoie des mails à des Islandais pour leur demander un hébergement. Son audace est payante et il décide de créer une plateforme pour aider les voyageurs à trouver un logement gratuit. Mais au-delà de l’aspect financier, le couchsurfing est une philosophie tournée autour des valeurs de solidarité et de partage des cultures. L’idée principale, qui a contribué au succès de ce mode de voyage, c’est l’échange culturel et l’hospitalité entre plusieurs personnes d’horizons différents. Aujourd’hui, le principal site d’échange d’hospitalité, couchsurfing.com, compte près de 5 millions de membres dans 250 pays !
A l’heure de l’internet communautaire et du web 2.0., le Couchsurfing apparaît comme un moyen ludique et pratique pour rencontrer des personnes du monde entier. Intégrer le réseau nécessite de s’inscrire sur le site du CouchSurfing, de renseigner son profil et d’envoyer des demandes aux hôtes de sa future ville. Le fondement de base du concept est la gratuité totale du logement. Mais en général, le Couchsurfer arrive chez son hôte en avec un petit cadeau en « échange » de son hébergement.

Une expérience réussie à Bobo

Grâce au couchsurfing, Thibault Bluy a effectué un bon séjour à Bobo Dioulasso ; hébergé par le couchsurfer Bikontine Da. Il fait part de son séjour dans les colonnes de l’Observateur Paalga : « (…) Le soir, notre hôte et ses amis nous font découvrir un autre de leurs maquis favoris. On parle politique, société, culture. Les débats sont animés mais les échanges enrichissants. «Il faut apprendre de nos différences, par nos différences!», résume Bikontine le philosophe.
 Après une bonne nuit de sommeil, nous le retrouvons pour le petit déjeuner. La discussion se poursuit mais il est bientôt temps de prendre le bus du retour. Nous le remercions chaleureusement, non sans l’avoir invité à nous rendre visite à Ouaga. Bilan de l’opération : un séjour dense, une belle rencontre. Et un avis plus que positif sur couchsurfing.com »

Prudence mère de sûreté…

Mais la limite de ce concept d’accueil et d’hébergement gratuit réside dans le fait qu’il n’est pas toujours aisé d’offrir le gîte et le couvert à des « inconnus » par ces temps qui courent… D’aucuns peuvent user de duplicité pour vous spolier ou attenter à votre vie. Même si les profils sont détaillés, il existe toujours une forme de méfiance envers l’inconnu.
Une dame a par exemple vécu 02 expériences fâcheuses. La jeune femme a accueilli des étrangers à deux reprises à son domicile. La première fois, son invité a tenté de l’embrasser puis s’est enfui après qu’elle eut refusé ses avances. Le touriste qu’elle a reçu par la suite, s’est montré arrogant et n’a cessé de critiquer sa façon de vivre. En plus de s’incruster chez elle. «Il se comportait vraiment comme s’il était à l’hôtel.» Selon la dame, on ne peut pas toujours se fier aux références inscrites sur le site au sujet des membres. «Souvent, les gens racontent juste leurs bonnes expériences. Les mauvaises expériences, on n’en entend pas parler.»

Pour éviter toute mauvaise surprise, les sites de couchsurfing ont mis en place un système d’évaluation des membres. A chaque fois que vous logez chez une personne ou que vous l’accueillez, vous pouvez faire un commentaire sur le couchsurfer. Mais comme pour tout système, on tombe toujours sur des contrevenants. Les spécialistes font alors quelques recommandations à ceux qui vont sur le site pour la première fois:
• « Lisez bien TOUS les commentaires sur les membres même s’il y en a beaucoup. Dans la mesure du possible, préférez loger dans une famille plutôt que chez un homme ou une femme célibataire.
• Ne divulguez pas votre email. Sur le site, il existe des options pour contrôler les personnes qui peuvent accéder à vos informations personnelles. Quand vous faites du couchsurfing, prévoyez toujours un plan B. Partez avec l’adresse ou le téléphone d’un hôtel.
• N’hésitez pas à quitter votre hôte si vous vous sentez mal à l’aise. N’ayez pas peur de l’offenser, votre sécurité passe avant tout ! »

Le site couchsurfing.com lui même expose les règles de base à suivre pour rendre l’expérience la plus agréable possible.
• Apportez un petit cadeau à votre hôte, ne serait-ce que des fruits ou une bouteille de vin. Cela lui démontrera votre appréciation.
• Respectez le rythme des gens qui vous hébergent. Ils se couchent tôt? Faites de même.
• Ne traitez pas vos hôtes comme si vous étiez à l’hôtel! Ils vous rendent service en acceptant de vous accueillir.
• Si vous voyagez à deux, ne chuchotez pas entre vous dans une langue que l’hôte ne peut comprendre.
• Un principe de base, parfois mis de côté pendant les longs voyages avec un sac à dos: soignez votre hygiène corporelle. Et tâchez de garder l’endroit où vous dormez propre.
• Ne vous incrustez pas au-delà de la période convenue au départ avec votre hôte, à moins d’une invitation explicite à rester.
• Respectez les coutumes du pays où on vous accueille.
• Et surtout: dites merci!
Alors, le jeu en vaut-il toujours la chandelle ?

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles