Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Côte d'Ivoire : Olam cède son activité laitière à FrieslandCampina

Dans le cadre de la restructuration de ses activités dans les produits laitiers, le groupe singapourien Olam cède son usine laitière d’Abidjan au groupe néerlandais Royal FrieslandCampina. Un signe supplémentaire de l’intérêt des leaders mondiaux du secteur pour l’Afrique.
Olam lève (un peu) le pied en Côte d’Ivoire. Le groupe singapourien a en effet annoncé ce lundi 1er septembre la cession de son activité laitière dans le pays à Royal FrieslandCampina, un des géants mondiaux des produits laitiers (11,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 21 186 employés dans 28 pays).
Une fois l’opération finalisée, d’ici à la fin de l’année, Olam touchera 18,7 millions de dollars pour son usine laitière de 80 employés basée à Abidjan, qui transforme du lait frais local ainsi que de la poudre de lait en lait concentré vendu sur le marché local. Le groupe singapourien octroie également à FrieslandCampina sa marque « Pearl » pour 6,3 millions de dollars, avec le droit de l’utiliser dans certains pays africains dont la liste n’a pas été divulguée.
Le groupe singapourien reste toutefois très investi en Côte d’Ivoire avec une présence directe dans le cacao, la noix de cajou, le coton, le café et le bois, et une présence indirecte dans le caoutchouc et l’huile de palme via les parts qu’il possède dans le géant agro-industriel Sifca.
Selon le communiqué qu’il a diffusé, la cession des activités laitières s’explique par une volonté de restructurer dans son ensemble ses activités dans le domaine afin de privilégier des interventions plus en amont (aucun détail n’a été donné mais Olam possède des fermes laitières ailleurs dans le monde). L’usine laitière d’Abidjan avait été inaugurée début 2012.
Leader au Nigeria
Avec cette acquisition, Royal FrieslandCampina confirme l’intérêt des leaders mondiaux des produits laitiers pour l’Afrique.
Ce groupe basé à Amersfoort, détenu sous forme de coopérative par 16 000 fermiers néerlandais, allemands et belges, est déjà très solidement implanté au Nigeria, via sa filiale Wamco Nigeria (et sa marque Peak) qui détient près de la moitié du marché laitier dans la première économie du continent. La reprise des activités d’Olam en Côte d’Ivoire lui permet de « renforcer son rang en Afrique de l’Ouest », a souligné Cees’t Hart, son PDG.
Cette opération lui permet aussi de rattraper un peu son retard sur deux de ses principaux compétiteurs mondiaux dans le domaine, Nestlé et Danone.
Le premier opère depuis longtemps en Afrique tandis que le second mène depuis un peu plus de deux ans une offensive soutenue en Afrique, avec la prise de contrôle de la majorité du capital du marocain Centrale Latière en 2012-2013, l’acquisition de 49 % du capital du groupe ouest-africain Fan Milk quelques mois plus tard ainsi que l’achat de 40 % des titres du géant kényan Brookside Dairy en juillet dernier.

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles