Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Corruption dans le monde : Le Burkina Faso classé 85e sur 177 pays

Le Burkina Faso occupe la 85e place sur 177 pays, dans l’indice de perception de la corruption élaboré par l’Organisation non-gouvernementale (ONG) transparency international, rendu public le mercredi 3 décembre et dont Les Echos du Faso a reçu copie.

Dans le classement 2014 de Transpency international sur l’indice de la corruption dans le monde, le Burkina Faso perd deux places. Le pays est passé de la 83e place en 2013, à la 85e place cette année, sur 177 pays classés. L’autre remarque est que sa note, elle, n’a pas évolué depuis 2012. L’ONG a encore mentionné la note de « 38/100 » pour le Burkina Faso, situant le pays à la frontière des « pays très corrompus » et des « pays moins corrompus ».

LONG, dans son rapport, indique que le Soudan, la Corée du Nord et la Somalie sont les pays perçus comme les plus corrompus au monde, tandis que le Danemark (92 points), la Nouvelle-Zélande et la Finlande sont considérés comme les plus vertueux.La Suisse occupe la 6e place du classement avec 86 points sur 100. L’Allemagne est 12e  les Etats-Unis 17e et la France 26e.

Courbe de la corruptionEn Afrique, le Lesotho, le Rwanda et la Namibie occupent les premiers rangs en Afrique, en l’occurrence 55e avec chacun, 49 points. La Somalie occupe la queue du peloton avec 8 points.

Toujours selon, l’ONG, la corruption s’aggrave en Chine, en Turquie et dans d’autres pays à forte croissance.  Pour ce faire, Transparency International réclame un effort des grandes places financières internationales contre le blanchiment.

Des journées de refus de la corruptions

Mais pour l’organisation, la corruption est un phénomène qui concerne « toutes les économies ». « Plus des deux tiers » des pays étudiés atteignent d’ailleurs un score inférieur à 50. Le résultat moyen est de 43. A cet égard, l’ONG insiste sur le travail que doivent faire les « grands centres financiers dans l’Union européenne et aux Etats-Unis ».

Le rapport tombe au moment où au Burkina Faso, le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) tient la 9e édition de ses Journées nationales du refus de la corruption (JNRC) autour du thème : «En finir avec l’impunité et la mal gouvernance pour une véritable stabilité». Ellesont débuté le 1er décembre et se dérouleront jusqu’au 9 décembre prochain. Plusieurs activités sont au programme des JNRC dont un grand panel sur le thème : “le gel et le recouvrement des biens mal acquis des dignitaires du régime déchu de Blaise Compaoré”. Aussi, note-t-on que les nouvelles autorités, après la chute de Blaise Compaoré, affichent leur volonté de traquer le phénomène.

Alex KONE

Pour Les Echos du Faso

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles