Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Corridor Burkina-Togo: Reprise des paiements de la redevance au Poste de contrôle juxtaposé de Cinkansé

Les paiements de la redevance au Poste de contrôle juxtaposé (PCJ) de Cinkansé (à la frontière entre le Togo et le Burkina Faso) par les transporteurs routiers sur le corridor Lomé-Cinkansé-Ouagadougou ont repris, en principe, le vendredi 5 janvier 2018. L’information a été donnée par le ministère burkinabè en charge des Transports.

Après quelques mois de suspension, les transporteurs routiers sur l’axe Lomé-Cinkansé-Ouagadougou doivent désormais s’acquitter de leurs redevances au Poste de contrôle juxtaposé (PCJ) de Cinkansé, à la frontière entre le Burkina Faso et le Togo. La date butoir pour la reprise des paiements de ladite redevance a été fixée au 5 Janvier 2018.

En vue de donner l’information à la population et aux usagers, le ministre d’Etat en charge de la sécurité Simon Compaoré et son homologue en charge des Transports Souleymane Soulama ont rencontré le mardi 2 janvier 2018 l’organisation des transporteurs et celle des chauffeurs routiers. Les échanges ont porté sur la réduction des postes de contrôle et la reprise du paiement de la redevance au poste de contrôle juxtaposé de Cinkansé. Le paiement de ladite redevance était suspendu depuis mai 2017, suite à des altercations entre chauffeurs routiers et forces de l’ordre. Les chauffeurs routiers ont exigé une réforme et meilleure organisation des contrôles.

Selon le quotidien national Sidwaya, à l’issue de la rencontre, les acteurs ont approuvé de façon consensuelle les deux décisions (reprise des paiements de la redevance et la réduction des postes de contrôle).

Il en ressort que les postes de contrôles entre le Togo et le Burkina Faso qui étaient au nombre de neuf (9) seront désormais ramenés à cinq (5).

Le ministre burkinabè en charge des Transports, Souleymane Soulama

Le ministre burkinabè en charge des Transports, Souleymane Soulama

De l’avis du ministre en charge du transport, Souleymane Soulama cité par Sidwaya, ces décisions constituent la satisfaction d’une requête des transporteurs et chauffeurs routiers : « Nous aurons maintenant trois postes de contrôle sécuritaires tout au long du trajet et deux postes de contrôle documentaires à Cinkansé et à l’entrée de Ouagadougou », a-t-il argumenté.

Et d’ajouter que «des communiqués ont été diffusés dans les médias pour informer les chauffeurs, les transporteurs et les opérateurs économiques, de la reprise du paiement de la redevance au poste de contrôle juxtaposé de Cinkansé pour le 5 janvier 2018».

Pour sa part, le secrétaire permanent de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB), Doussa Dramane Yamindi a reconnu le bienfondé de la mesure. «Nous avons accepté accompagner cette initiative d’intégration sous régionale depuis 2014 en payant 25 000 F CFA comme frais de redevance», a-t-il expliqué.

Cependant, M. Yamindi revient sur les travers ayant occasionné l’arrêt des paiements de la redevance. Selon le président de l’UCRB, les membres de l’Union ont constaté que la fluidité n’était pas assurée et que les rackets s’étaient même accentués. «C’est ce qui avait justifié les arrêts des paiements suite aux mouvements d’humeur en mai 2017», a-t-il indiqué.

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles