Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

COP22 au Maroc : La participation du Burkina Faso jugée capitale

En prélude à la COP22 qui se tiendra cette année au Maroc, le ministère de l’environnement, de l’économie verte et des changements climatiques a tenu une conférence de presse le vendredi 21 Octobre dernier à Ouagadougou.

Après Paris c’est au tour de Marrakech d’accueillir la COP22 du 7 au 18 novembre 2016. En prélude à cette importante rencontre mondiale sur le climat, les autorités burkinabè en charge de la question ont rencontré les professionnels des médias. Objectif, renforcer les capacités des acteurs sur la thématique du changement climatique et partager les préoccupations sur la COP22.
Selon le ministre burkinabè de l’environnement, de l’économie verte et des changements climatiques, Nestor Bassière, les enjeux de cette rencontre sont multiples pour le « pays des Hommes intègres ». En effet, a-t-il expliqué, la 22ème Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique va permettre d’élaborer et finaliser le programme de travail visant la préparation de l’entrée en vigueur et de l’opérationnalisation de l’accord de Paris. « Pour nous, la COP22 sera celle de l’action qui, nous espérons, verra l’accomplissement et l’entrée en vigueur très rapide de l’accord de Paris pour le Burkina Faso », a-t-il indiqué.

En résumé, il s’agira d’avoir tous les instruments pour participer aux négociations afin que le Burkina puisse profiter des enjeux de la conférence de Paris. Selon le ministre Bassière, il sera essentiellement question d’adaptation et de financement lors de ce sommet. Par ailleurs, il a fait comprendre que cette COP22 devrait faire progresser l’agenda avant 2020 pour le relèvement de l’ambition de réduction des gaz à effet de serre notamment le respect des obligations précédentes sous la convention-cadre des Nations unies pour le changement climatique et le protocole de Kyoto. « Ce sommet mondial va offrir l’opportunité de faire le suivi des initiatives lancées à Paris et raviver l’intérêt en faveur de la ratification de l’amendement du protocole de Kyoto ».

Le ministre Bassière, s’est dit convaincu que Marrakech sera un tournant décisif vers une opérationnalisation rapide de l’accord de Paris et surtout un déblocage des financements pour la mise en œuvre des projets concrets d’adaptation dans le cadre du fond vert pour le climat.
Le 11 Octobre 2016 le Burkina Faso a adopté un projet de loi portant autorisation de ratification de l’Accord de Paris sur le changement climatique. Toute chose qui constitue un engagement fort en faveur du développement durable tant sur le plan économique, social, qu’environnemental. Cette ratification selon le Coordonnatrice-résidente du système des Nations unies, Metsi Makhetha, ouvre une nouvelle ère pour tous les acteurs du développement et les investisseurs afin de prendre en compte et gérer les risques susceptibles de compromettre l’atteinte des objectifs de développement durable.

Balguissa Sawadogo
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles