Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Coopération transfrontalière : Bientôt une nouvelle zone économique verra le jour au sein de la CEDEAO

Le projet de création d’une zone économique spéciale entre la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Mali était l’objet d’un atelier du 29 au 30 Août, à la représentation permanente de la CEDEAO, à Cocody.

Conformément au Programme d’Initiative Transfrontalière adoptée en 2005 par la CEDEAO, le Mali, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso s’unissent pour la création d’une Zone Économique Spéciale entre les villes de Sikasso, Korhogo et Bobo-Dioulasso dénommée « SKBo » ou « SIKIBO ».

La cérémonie d’ouverture, a été présidée par Professeur Tanoh Yolande, conseiller technique, représentant le ministre de l’intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur. Elle avait à ses côtés, Le président de l’union transfrontalière des collectivités territoriales de l’espace SKBo, Siama Bamba.

Une concertation nationale s’est tenue, à cet effet, entre les parties prenantes ivoiriennes, à Abidjan, pour entamer la réflexion sur le processus pratique de mise en œuvre de cet espace économique.

A l’occasion, la représentante du ministre Ally Coulibaly, a salué cette concertation en ces termes : « cette rencontre permettra aux participants de s’accorder sur la méthode et sur une feuille de route commune, en vue de relever de manière efficace et efficiente les défis de la coopération. Nous envisageons après cette concertation d’aller vers les acteurs du Burkina Faso et du Mali pour fédérer nos points de vue. Nous avons espoir, car la coopération entre la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Mali est dynamique, et se consolide avec le temps », a-t-elle soutenu.

Pour sa part, le Président de l’union transfrontalière des collectivités territoriales de l’espace SKBo, a indiqué que la zone SKBo est une zone à forte potentialités économiques qu’il conviendrait de formaliser. « C’est pourquoi je salue la présente initiative qui, dans sa feuille de route, devra prendre en compte, tous les aspects sociaux, culturels et sécuritaires dont la connaissance faciliterait le travail », a-t-il déclaré. Ajoutant que la coopération transfrontalière est une véritable opportunité de développement.

Et de préciser que Toutes ces initiatives devraient renforcer les échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire, le Mali et le Burkina Faso. Le Burkina Faso et la Mali sont les premiers partenaires commerciaux de la Côte d’Ivoire avec respectivement 352,1 et 326,2 milliards de produits importés.

Au terme de cette assise, un réseau d’acteurs nationaux sur la coopération transfrontalière va être mise en place. Et va se charger d’aller vers les acteurs du Burkina et du Mali pour partager l’information relative à cette zone et fédérer les points de vue.

La zone SKBo est dotée de potentialités agricoles (mangue, karité, anacarde) qui souffrent de transformation, et dispose de nombreuses ressources minières. Ce sont des opportunités pour relancer un pan de l’économie que de mettre en place de telle zone.

« Les filières agricoles du nord vont pouvoir plus facilement s’industrialiser avec la présence d’une zone de compétitivité », a justifié Goli Louis Philippe, Directeur en charge des Politiques Transfrontalières, du Commerce et de la Libre Circulation au Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur.

La future zone économique commune aux trois pays frontaliers s’étend de Sikasso à Korhogo et Bobo-Dioulasso. Et a une superficie de 165000 km2. Avec plus de 8 millions d’habitants. Elle vise à réduire la pauvreté, et d’accélérer le développement économique de ces trois régions. Et favoriser l’intégration sociale et culturelle des populations. Egalement, relever les défis actuels liés à l’environnement, la sécurité et au terrorisme.

M.C

La Diplomatique d’Abidjan

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles