Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Coopération Burkina Faso-UNFPA : Satisfecit des acteurs pour le bilan 2016

Les acteurs du programme de coopération entre le gouvernement burkinabè et le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) ont fait la revue annuelle 2016 de leurs activités, le jeudi 30 décembre 2016. In fine, le bilan a été jugé positif au regard de la conjoncture internationale.
 
Le programme de coopération entre le Burkina Faso et le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) affiche un bilan d’activités satisfaisant malgré un contexte financier difficile en 2016. Le constat a été fait par les premiers acteurs, à l’occasion de la revue annuelle 2016 du programme de coopération, qui est à sa 7e phase. Un peu plus de quatre milliards ont été mis à la disposition du programme et environ 3,9 milliards de F CFA ont été effectivement mobilisés, soit un taux d’exécution physique de 86% et financière de 89%.
Ce qui aurait permis d’éviter 314 décès maternels, 2749 décès infantiles, de traiter 268 femmes victimes de fistules obstétricales, prendre en charge 25 600 cas de complications obstétricales directes, satisfaire les besoins nationaux en produits contraceptifs à hauteur de 69%, selon les chiffres communiqués par la représentante adjointe de l’UNFPA, Dr Olga Sankara. Elle a relevé également des efforts en matière de lutte contre le mariage précoce des enfants et les mutilations génitales féminines. Des actions qui auraient permis, a-t-elle relevé, d’annuler plusieurs projets de mariage et de réparer les séquelles d’excision de 170 femmes.
«Ces résultats montrent que des progrès ont été réalisés. Cependant, le programme connaît des contraintes et je suis convaincue que cette revue annuelle permettra de proposer des solutions pour améliorer sa mise en œuvre», a-t-elle avancé. Discours identique et même satisfecit du côté du représentant de l’administration burkinabè, le directeur général de la Coopération, Ambroise Kafando. Ce dernier a salué l’accompagnement de l’UNFPA dans l’élaboration et la mobilisation des ressources du Plan national de développement économique et social (PNDES). Aussi, l’institution aurait mis à la disposition du ministère de la Santé, plus de 120 millions de F CFA et des équipements pour soutenir la politique de gratuité des soins aux femmes et aux enfants de moins de 5 ans, ce dont le DG s’est également réjoui. « Ces différents efforts ont permis de réaliser d’importants progrès vers l’atteinte des résultats envisagés », a-t-il souligné.
Par ailleurs, Ambroise Kafando a souhaité, entre autres, que les procédures financières du programme soient mieux adaptées aux textes réglementaires. Toute chose pour laquelle, il a dit espérer que les conclusions de la réunion permettront d’améliorer ce cadre de collaboration entre l’Etat burkinabè et l’institution internationale. Ce 7e programme de coopération abordera sa dernière année de mise en œuvre en 2017.

Fabé Mamadou OUATTARA
sidwaya.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles