Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Coopération au développement : Le Burkina bénéficie de 663,11 milliards de FCFA

La direction générale de la coopération (DGCOOP) a procédé le jeudi 8 novembre 2018 au lancement du rapport 2017 sur la coopération au développement. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre de l’Economie des Finances et du développement, Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori.

 

 

1 139, 64 millions de dollars US, soit 663,11 milliards de FCFA, c’est le volume de l’Aide Publique au Développement (APD), décaissé par les partenaires techniques et financiers au titre de l’année 2017. Une somme qui représente l’ensemble des dons et prêts reçus par le Burkina Faso. Selon le directeur général de la coopération, Ambroise Kafando sur les 1 139, 64 millions de dollars US, le montant total des prêts se chiffre à environ 282, 25 millions de dollars US, celui des dons est évalué à 857, 38 millions de dollars US. Avec pour principaux bailleurs de fonds, la Banque Mondiale, l’Union européenne, les Etats-Unis, la France, la BAD, l’Allemagne, le Japon, le Danemark, et la BOAD.

Il ressort du rapport que les performances ont évolué de 4,1% par rapport aux années antérieures. Des explications du directeur général de la coopération, des efforts restent à faire au niveau interne pour pouvoir absorber les ressources que les partenaires techniques et financiers mettent à la disposition du Burkina Faso. « Cela veut dire qu’il faut améliorer l’exécution des projets publics, il faut également améliorer les procédures, continuer à faire des reformes pour que l’ensemble de ces aides puissent bénéficier aux populations » a-t-il poursuivi.

MINEFID

Crédit Photo : MINEFID

 

En outre, le niveau de mobilisation des ressources reste en deçà des prévisions. En effet, par rapport aux besoins de financement du PNDES, le niveau de performance s’établit à 68,65% pour les deux premières années de mise en œuvre. Le rapport a donc examiné les opportunités en matière de financement innovants. Ainsi, l’actionnariat populaire, la mobilisation des ressources de la diaspora, la mise en place d’une fondation à but spécifique, le lancement d’une loterie nationale pour le développement, les PPP, peuvent être expérimentés par le Burkina en vue d’un accroissement des ressources.

La présidente de la cérémonie Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori, a attiré l’attention des différents acteurs sur la nécessité pour chaque composante de jouer pleinement son rôle, afin de favoriser un développement économique et social du Burkina Faso.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles