Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Convention Relative aux Droits des Enfants

Convention Relative aux Droits des Enfants : Les mariages précoces au cœur du 26ème anniversaire

Le ministère de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale et ses Partenaires Techniques et Financiers ont animé une conférence de presse le 17 novembre 2015 à Ouagadougou autour de la commémoration du 26éme anniversaire de la Convention relative aux Droits des Enfants.

La célébration du 26ème anniversaire de la Convention Relative aux Droits des Enfants(CDE) au Burkina Faso est placée cette année sous le thème « Le mariage d’enfants au Burkina Faso : mobilisation et synergie d’actions pour éradiquer le phénomène ». Elle sera marquée par des activités d’information qui se voudront sobres au vue du contexte socio-politique actuel. Il s’agit notamment de l’organisation de cette présente conférence de presse, la diffusion de spots radio, de rencontre d’information et de sensibilisation sur tout le territoire national a souligné la Secrétaire Permanente du CDE, Ursule Kaboré. Elle a aussi ajouté que par cette conférence de presse c’est une occasion de rappel aux médias et à l’opinion publique sur la nécessité de maintenir la lutte et d’aider pour l’adoption d’un changement de comportement en la matière.

CDE 2

Au Burkina Faso, les données statistiques en matière de mariage précoce selon l’ « EDS-MICS » publiées en 2010 montrent que 10% des femmes âgées de 25-29, étaient déjà en union avant l’âge de 15 ans et plus de la moitié étaient déjà en union avant 18 ans. Pour ce 26ème anniversaire qui coïncide avec les 25 ans de la CADBE (Charte Africaine des Droits de l’Homme et du bien-Etre de l’Enfant), les acteurs ont voulu porter le choix du thème en tenant compte des données criardes sur le phénomène des mariages précoces dont les conséquences socio-économiques sont énormes pour un pays tel le Burkina Faso: risques éventuels de croissance incontrôlée de la démographie entrainant une forte demande en éducation, santé, sécurité alimentaire, etc.

Les Partenaires Techniques et financiers présents à la conférence de presse ont réaffirmé leur engagement à rester aux côtés de la CDE et aussi à lutte contre les mariages précoces. Le Représentant des PTF, par ailleurs Représentant de l’UNICEF au Burkina Faso, M. Marc Ruffin a déploré les statistiques et l’ampleur du phénomène de mariage précoce au Burkina Faso. Il a saisi donc l’occasion pour saluer l’engagement du Gouvernement Burkinabè à faire avancer la lutte à travers l’adoption en cours de la Stratégie Nationale de Prévention et d’Elimination du Mariage d’Enfants. M. Ruffin a saisi cette tribune pour renouveler l’engagement des PTF à accompagner le Gouvernement Burkinabè dans cette lutte pour la promotion des droits des enfants. « En termes d’accompagnement indicatif 2016-2019, environs 10 millions de dollars seront mobilisées pour accompagner les actions allant dans le sens de la lutte contre le mariage précoce» a confié M. Ruffin. La représentante Résidente de l’UNFPA, au Burkina Faso, Dr. Edwige Adekambi Domingo a quand elle, émise le souhait que les futurs députés à l’Assemblée Nationale puisse légiférer sur le phénomène dont le vide juridique empêche de réprimer les mariages coutumiers précoces pourtant très rependus.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles