Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Commercialisation du pagne tissé: Des acteurs du Faso Dan Fani expriment leurs inquiétudes

 

Des responsables de structures évoluant dans la chaîne de valeurs du pagne tissé Faso Dan Fani ont rencontré, le lundi 29 janvier 2018 à Ouagadougou, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat Wenceslas Stéphane Sanou. A l’occasion, ces acteurs ont exprimé leurs inquiétudes, suite à des autorisations délivrées par le gouvernement permettant l’importation d’un autre modèle de pagne pour la célébration du 8-mars.

Les acteurs évoluant dans la chaîne de valeur du pagne tissé Faso Dan Fani (FDF) se disent inquiets de certaines tournures qui visent à les désavantager. Ces acteurs, reçus le lundi 29 janvier 2018 par le ministre en charge du Commerce, Wenceslas Stéphane Sanou, ont surtout dénoncé une décision du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille.

Faisait partie de la délégation, la Fédération nationale des tisseuses du Burkina, l’Association des grossistes de fil du Burkina, l’Union des tisseuses de la région du Centre, l’Association des vendeurs de pagnes Faso Dan Fani (FDF). Des représentants du Salon international du textile africain de Ouagadougou, le styliste François 1er et l’expert en textile Désiré Maurice Ouédraogo, ont également pris part à la rencontre avec le ministre Stéphane Sanou.

Face au ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, ils se sont plaints du «monopole» que la ministre en charge de la femme, Laure Zongo/Hien aurait accordé à six commerçantes pour importer, en dehors du pagne local tissé FDF, des pagnes imprimés, dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la Femme.

Le ministre Stéphane Sanou (droite) a reçu le message des acteurs du FDF des mains de l’expert en textile Maurice Désiré Ouédraogo

Le ministre Stéphane Sanou (droite) a reçu le message des acteurs du FDF des mains de l’expert en textile Maurice Désiré Ouédraogo

En effet, dans le souci de réduire la multiplicité des pagnes imprimés et de porter le même message lors de la commémoration du 8 mars 2018, le gouvernement avait annoncé des mesures. Au cours d’une conférence de presse, le ministère en charge de la Femme a rendu public, le 23 janvier dernier, la liste de six commerçantes, autorisées à importer un modèle unique de pagnes imprimés pour le 8-mars.

Pour les acteurs évoluant dans la chaîne de valeur du pagne tissé localement, cette autorisation est en contradiction avec les décisions prises par la Transition en septembre 2015 et par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, en novembre 2017, instituant le FDF comme pagne officiel des grandes cérémonies nationales.

«Nous souhaitons, monsieur le ministre, que vous soyez notre porte-parole auprès du Premier ministre, pour traduire notre mécontentement et notre ferme volonté à l’accompagner par tous les moyens dans l’application de l’arrêté ministériel qui consacre la volonté de nos autorités à aller résolument dans le sens de la transformation de nos produits locaux», a affirmé l’expert en textile Maurice Désiré Ouédraogo, s’adressant à Stéphane Sanou.

Le porte-parole des plaignants va plus loin, en souhaitant que «pour le 8 mars 2018, au nom d’une gouvernance vertueuse comme l’indique le thème de la présente édition, qu’il soit clairement énoncé dès maintenant que toute personne qui ne sera pas en FDF, s’abstienne de venir aux cérémonies officielles sur l’ensemble de l’étendue du Burkina Faso et dans nos représentations diplomatiques hors du Burkina Faso».

Pour sa part, le ministre Stéphane Sanou s’est dit satisfait des échanges et a traduit l’engagement du gouvernement à soutenir les acteurs de la chaîne de valeur du coton-textile. Selon lui, cette filière est pourvoyeuse d’emplois et son département ne ménagera aucun effort pour sa promotion.

Toutefois, M. Sanou a précisé que l’attribution du marché des pagnes de 8-mars s’est faite, avant la prise de la mesure gouvernementale du 29 novembre 2017. «Le gouvernement va accompagner les acteurs de la filière coton et travailler davantage à ce que 2019 soit celle du Faso Dan Fani au Burkina Faso», a-t-il promis à ses interlocuteurs.

Dans la dynamique de traduire leurs inquiétudes à propos de la «concurrence déloyale» dont ils font l’objet avec des pagnes importés d’Asie, des acteurs de la filière Faso Dan Fani ont été chez le Mogho Naaba Baongho (empereur traditionnel très consulté), le 7 janvier 2018.

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com

 

 

 

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles