Connecte-toi avec nous

Développement

   |

COMMERCE AU BURKINA : Les commerçants réclament l’organisation du secteur

Une délégation de la Fédération syndicale des commerçants du Burkina était en entretien, hier 22 juillet 2015, avec une autre de la République populaire de Chine. L’objectif était de trouver des voies et moyens pour organiser les activités commerciales, de sorte que les grossistes continuent de vendre en gros et que les détaillants restent dans leur domaine. C’était à la Direction du contrôle économique et de la répression de la fraude à Ouagadougou.

La Fédération syndicale des commerçants du Burkina réclame l’organisation des activités commerciales au Burkina. Pour y parvenir, ses membres ont rencontré, le 22 juillet 2015, une délégation de commerçants chinois au Burkina. Après trois heures de discussions, les deux parties se sont réjouies du cadre de dialogue qui a été mis en place. Un cadre qui permettra, selon eux, de réfléchir, en vue de trouver un consensus. Pour Moussa Nana, secrétaire général de la Fédération syndicale des commerçants du Burkina, c’est depuis le mois de décembre 2014 que les discussions ont commencé. A l’époque, a-t-il confié, un sit-in avait été prévu devant les boutiques des expatriés chinois qui en plus de la vente en gros, vendaient en détail, si rien n’était fait.

Moussa Nana et commerçantsC’est ainsi que des négociations ont été entamées pour trouver un consensus. « Nous voulons que les importateurs grossistes se limitent à la vente en gros. Et que les plus petits revendent en détail. Si celui qui importante vingt à quarante container se met à vendre en détail, celui qui paie un carton ne pourra rien ventre », a déploré Moussa Nana. Pour sa part, Karim Demé, point focal de la République populaire de chine au Burkina, les concertations se poursuivront jusqu’à aboutir à une solution définitive. « Les points les plus précis doivent être l’objet d’une autre discussion. Les points sur les quels nous allons discuter, c’est de dire à partir de quelle quantité on peut dire qu’on est grossiste ou on est détaillant. Qu’on établit des règles et que ces règles soient respectées tant au niveau des détaillants qu’au niveau des grossistes », a-t-il laissé entendre. Pour le moment, les deux parties sont d’accord sur une chose. Il n’y pas de texte réglementaires en la matière. D’où la nécessité de travailler à assainir tous les secteurs du commerce.

Mounbarak SILGA
Ecodufaso/groupe ecodafrik

Légende
1- Moussa Nana et…
2- …ses camarades entendent se battre pour la réorganisation du commerce

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles