Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Club des hommes d’affaires franco-burkinabè : Philippe Prudent élu président

En Assemblée générale statutaire, ce jeudi 1er février 2018 à Ouagadougou, les membres du Club des Hommes d’affaires franco-burkinabè ont élu un nouveau bureau. Présidée par Philippe Prudent, Directeur général de Total Burkina, la nouvelle équipe entend poursuivre les chantiers de ses devanciers.

C’est à huis clos que s’est tenue l’élection du successeur de Mathieu B. Bayala à la tête du Club des Hommes d’affaires franco-burkinabè, ce jeudi 1er février 2017 dans la salle de conférences de la Maison de l’entreprise, en présence du président d’honneur du club, Oumar Yugo. Il n’y a pas eu de surprise puisque que Philippe Prudent, seul candidat au poste, a été porté à la tête du bureau fort de dix membres.

Prenant la parole, Oumar Yugo, par ailleurs Vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, s’est dit ravi de voir les entreprises françaises renouer avec la vie du Club pour plus de dynamisme. Car, l’élection d’un français pour présider aux destinées du club répondait à une préoccupation, celle de l’alternance qui fait partie de l’ADN de la structure. La présidence de façon tournante tous les deux ans, entre les deux communautés, française et burkinabè, voici l’un des défis que le nouveau président, Philippe Prudent, Directeur général de Total Burkina depuis Juillet 2015, entend relever. Sans oublier de poursuivre le travail commencé par ses prédécesseurs, c’est-à-dire, faire du club, ce trait d’union entre les deux communautés.

« Je suis satisfait que le club ne soit pas allé en lambeaux et que nous ayons pu le remettre en bonne marche », s’est réjoui M. Mathieu Bayala. S’adressant à la nouvelle équipe, il a souhaité qu’elle fasse un bon « voyage » et qu’elle mène la barque à bon port. A l’en croire, sous son mandat, le bureau a mis tout en œuvre pour que le club reprennent en main ses fondamentaux, c’est-à-dire vivre en amitié au sein des hommes d’affaires franco-burkinabè et surtout être à l’écoute des attentes des autorités économiques et financières en faisant des sociétés membres de ce club, des sociétés citoyennes. Ainsi, des rencontres ont été tenues avec notamment l’Union européenne, le ministère de l’économie et des finances, le ministère de la sécurité et le ministère du commerce. Sur la fréquentation des membres, M. Bayala s’est réjoui de l’assiduité des uns et des autres car 78 se sont acquittés de leurs cotisations sur une centaine de membres.

En rappel, c’est en janvier 1990, lors de la Commission mixte franco-burkinabè qu’est née l’idée de créer le Club des Hommes d’affaires franco-burkinabé (CHAFB) afin d’instaurer un espace de concertation et d’échange entre les autorités publiques et les opérateurs des deux communautés. L’adhésion au Club est ouverte à toute personne dirigeant une société commerciale ou industrielle, établissement et organisme privé ou étatique, français ou burkinabè.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles