Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Club des hommes d’Affaires Franco-Burkinabè : Emploi et entreprenariat des jeunes au cœur d’un diner-débat

« Emploi des jeunes et entreprenariat au Burkina Faso : Etat des lieux et perspectives », c’est sous ce thème que le Club des hommes d’Affaires Franco-Burkinabè a tenu sa traditionnelle rencontre thématique le 16 décembre 2016 à Bravia Hôtel à Ouagadougou, autour d’un diner-débat animé par un érudit de la question, le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Jean Claude Bouda.

 

Au Burkina Faso les derniers recensements de la population indiquent que 79,8% de la population ont -35 ans. Parmi cette population très jeune, 64% des 16 à 35 ans participent au marché du travail. Cependant s’il ressort que cette main d’œuvre est jeune, le plus handicapant reste qu’elle soit faiblement instruit et moins spécialisée. Pour cela un accent doit être mis sur la formation professionnelle et qualifiante pour bâtir une économie compétitive. Et cela passe aussi par l’implication du secteur privé car l’Etat à lui seul ne peut prétendre recruter cette population d’ailleurs cela ne relève pas de son rôle.

Ce bref résumé de la présentation du ministre en charge de la jeunesse et de l’emploi, Jean Claude Bouda décrit une situation moins réjouissante de l’emploi au Burkina Faso.   Mais il n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd car les hommes d’affaires présents à la rencontre ne sont pas restés indifférents. En témoigne les nombreuses questions d’intérêt. Alors si certains se sont souciés de la disponibilité des compétences, d’autres se sont intéressés aux différents programmes d’emploi et d’accompagnement du ministère en charge de la question de l’emploi. D’autres par contre ont beaucoup insisté sur la qualité de l’enseignement et le problème de diversification des curricula au Burkina.

mathieu-bayalaPour le Président du Club des hommes d’affaires franco-burkinabè Mathieu Bayala cette rencontre est bien indiquée puisqu’elle aura permis aux participants d’avoir une autre vue sur les questions d’emploi au Burkina. Mais aussi les opportunités ainsi que perspectives en la matière. A ce propos en termes d’opportunités le Directeur général de United Bank of Africa (UBA), Joël Touré a présenté l’accompagnement de la Fondation Tony Elumelu sur l’entreprenariat qui a jusque-là financer de nombreux projets de jeunes entrepreneurs africains.

A ce propos, la Directrice générale de l’Agence pour la Promotion de l’Investissement (API/BF), Bintou Diallo, a saisi l’occasion pour présenter aux hommes d’affaires, un jeune porteur de projet , Christian Toé, primé à hauteur de 1000 euros pour son Projet Lafibag lors du Rebranding Africa Forum à Bruxelles. Mme Diallo a aussi signalé que le projet Lafibag bénéficie de l’accompagnement de Coris Capital avec une enveloppe de 150 000 euros.

Le président du CHAFB, Mathieu Bayala, visiblement très ému, a quant à lui inviter l’ensemble des hommes d’affaires présents à la rencontre à emboiter le pas à la Fondation Tony Elumelu et Coris Capital car derrière cette situation désolante d’emploi peut se cacher des niches d’opportunités et de business.

Etaient aussi présents au diner débat des étudiants venus se faire entendre. C’est le cas d’Adama Bako, étudiant en contrôle Audit à l’université Aube Nouvelle pour qui la rencontre aurait répondu à ses attentes car selon lui les perspectives soulignées par le ministre Bouda laissent voir de l’espoir pour les étudiants en fin de formation.

 

 

Balguissa Sawadogo
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles