Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Climat des affaires au Burkina : Le Premier semestre 2019 affiche une situation économique

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF) dans sa mission de production d’information économique, a rendu public le rapport sur climat des affaires au Burkina Faso au cours du deuxième semestre de 2018 et les perspectives pour le premier semestre de 2019.

L’environnement socioéconomique en général et le climat des affaires en particulier conditionnent les performances des entreprises ainsi que le développement du secteur privé. D’où la nécessité de disposer des informations économiques pertinentes sur l’environnement des affaires pouvant permettre, non seulement aux entreprises mais aussi aux structures d’appui au secteur privé, de prendre des mesures correctives ou de peaufiner des stratégies de développement et de pérennisation de l’activité économique. C’est ce qui a fait l’objet de ce présent rapport. Il a permis d’analyser, le climat des affaires au Burkina Faso au cours du deuxième semestre de 2018 et les perspectives pour le premier semestre de 2019.

Le « Rapport sur la perception du climat des affaires au Burkina Faso » est un document de synthèse de l’enquête d’opinion réalisée auprès d’un échantillon représentatif d’environ 500 chefs d’entreprises. L’analyse de la perception du climat des affaires par les chefs d’entreprises fait ressortir les faits saillants intéressants. Il s’agit notamment d’un climat social acceptable (57% des opinions) et une dégradation de la conjoncture économique (58%) tout au long du second semestre 2018, un climat social acceptable (58% des avis) et une situation économique peu prometteuse (50% des opinions) pour le premier semestre 2019.

Par ailleurs, les chefs d’entreprises ont formulé des recommandations dans le but  d’améliorer ce climat des affaires peu propice.

En ce qui concerne l’Etat, la prise d’une mesure urgente principalement sécuritaire, la réduction des impôts et taxes et la lutte contre la corruption, la fraude et la contrefaçon.

En ce qui concerne la Chambre de commerce et d’industrie, l’organisation des formations spécifiques suivants les secteurs d’activités, la mise en place d’un fond de financement des PME/PMI, la diffusion d’information sur les opportunités d’affaires et l’organisation des rencontres de partenariats.

En outre, au regard de tout ce qui précède, une attention particulière devrait être accordée aux aspects sécuritaires. En conséquence, une étude, visant à analyser les effets de l’insécurité sur l’activité économique, peut être envisagée. Celle-ci devrait déboucher sur des propositions aussi bien à l’endroit du gouvernement que de la CCI-BF.

Du reste, l’enquête s’est déroulée du 07 au 21 Janvier 2019 et a concerné les entreprises du Commerce, de l’Industrie, des Banques et Etablissements financiers et des autres Services, installés dans les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com / Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles