Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Circulation au Burkina: Vers une nouvelle immatriculation des véhicules automobiles

Le gouvernement burkinabè a annoncé qu’il procédera bientôt à une nouvelle immatriculation des véhicules automobiles et autres cycles à moteur. La question a été évoquée, lors du Conseil des ministres du mercredi 22 février 2017.

SUR LE MEME SUJET...
Le ministère burkinabè en charge des Transports et de la Sécurité routière veut mettre de l’ordre dans l’immatriculation des véhicules. Ainsi, en a décidé l’hebdomadaire conseil des ministres, en sa séance du mercredi 22 février 2017.
La réunion gouvernementale a adopté un décret fixant les modalités d’immatriculation des véhicules automobiles, des remorques et semi-remorques et des cycles à moteur dont la cylindrée est supérieure ou égale à cinquante centimètres cube (50 cm3) au Burkina Faso.
Le compte rendu du Conseil des ministres précise que l’adoption de ce décret permet de corriger les insuffisances d’un décret antérieur, datant de juillet 2013 et qui a fixé les modalités d’immatriculation desdits véhicules automobiles et cycles à moteurs. «Ce décret permet en outre une meilleure traçabilité et un contrôle accru des véhicules pour l’amélioration de la sécurité dans notre pays», note le document.
De l’avis du directeur de la circulation routière et de la normalisation, Jean-Claude Zongo qui s’exprimait sur le sujet sur les antennes de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB), le dimanche 26 février 2017, les véhicules concernés sont ceux qui sont actuellement en immatriculation. Il a précisé qu’il n’y a pas de nouvelles catégories de véhicules qui se sont ajoutées.
M. Zongo a souligné que les changements vont s’opérer aussi bien sur la forme que sur le fond des plaques d’immatriculation. «Par exemple, pour les véhicules des particuliers, nous avons adopté un fond jaune  avec des écritures noires», a-t-il expliqué.
Lorsque l’opération va démarrer, les propriétaires de véhicules auront trois ans pour se mettre à jour. Au-delà de ce délai, les contrevenants seront sanctionnés à travers le paiement de contravention lors des contrôles.
Au Burkina Faso, l’immatriculation des véhicules et engins à moteur est gérée par la Direction générale des transports terrestres et maritime (DGTTM).

Alfred KANON
 ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles