Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Cinq pays se bousculent pour le projet d’énergie nucléaire de l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud, liée par un partenariat stratégique dans le domaine de l’énergie nucléaire avec la Russie, vient de mettre en compétition cinq pays pour la future commande des réacteurs de son projet de centrale nucléaire, apprend-on de l’AFP.

Parallèlement à la signature de plusieurs accords-cadres, « le gouvernement vient d’achever des ateliers de présentation par des vendeurs nucléaires avec des délégations de Chine, de France, de Corée du Sud, des Etats-Unis et de Russie en octobre-novembre 2014 », rapporte cette source citant un communiqué de la présidence sud-africaine.

Dans l’entourage du président sud-africain Jacob Zuma on estime que c’est une « étape significative de la phase gouvernementale de pré-achat avant le lancement du programme de nouvelle construction nucléaire », apprend-on de la même source.

L’Afrique du sud est à l’épreuve d’une crise d’énergie électrique qui la motive à se tourner davantage vers la source nucléaire jusque-là assurée par la seule centrale de Koeberg (photo) fournie par le géant français Areva. Elle mise sur cette énergie à l’horizon 2030 et compte se doter, dans ce sens, des réacteurs d’une puissance totale de 9600 MW.

En 2013, l’Afrique du Sud a relancé avec l’Union européenne sa relation économique sur l’énergie nucléaire. Elle avait conclu, à l’époque, avec la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom) un accord de 100 millions d’euros qui devrait fournir de l’électricité à 300 000 ménages en milieu rural.

agenceecofin.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles