Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Chambre des Mines du Burkina Faso (CMB) : A la recherche d’un cadre formalisé d’échanges périodiques avec le ministère en charge de l’Economie

La Chambre des Mines du Burkina (CMB) dans sa dynamique de promotion d’une meilleure connaissance du secteur minier a procédé au lancement le mercredi 26 Octobre 2016 à Palace Hôtel à Ouagadougou, de l’atelier de formation des agents du ministère de l’Economie, des Finances et du développement.

« Le ministère de l’Economie, des finances et du développement est un acteur incontournable dans la gestion du secteur minier. Ses services comme la direction générale des impôts, la direction générale des douanes et la direction générale du trésor et de la comptabilité publique, interviennent dans la perception des impôts taxes et redevances auprès des sociétés minières. »
Cette collaboration entre ces départements publics et les sociétés minières fait souvent l’objet d’incompréhension d’où toute l’importance de la présente formation initiée par la CMB.

Des propos du Président de la CMB, Elie Justin Ouédraogo, cet atelier tient lieu de cadre de dialogue. C’est pourquoi selon M. Ouédraogo,
elie« la Chambre des Mines espère échanger sur les principes de base du secteur des mines. » Il s’agit surtout de tisser des liens étroits entre les différentes directions générales du ministère en charge de l’économie et la CMB a-t-il confié.
Le secteur minier est devenu un important pilier de développement socio-économique du Burkina. En témoigne la place qu’il occupe dans le programme de développement économique et social du Burkina. A en croire la représentante du ministre en charge de l’économie, par ailleurs Secrétaire d’Etat chargé de l’aménagement du terroir, Pauline Zouré, les revenues du secteur minier encaissés au niveau du budget national ont progressé de 8% entre 2012 et 2013 dus essentiellement à l’augmentation des recettes provenant des droits de douane. Toute chose qui rend ce secteur économique stratégique aujourd’hui et pour les années à venir a rappelé Mme Zouré. C’est ainsi que le Plan National de développement économique et social du Burkina ambitionne l’augmentation de la part des industries extractives dans le PIB, de 7,9 en 2015 à 10,2% en 2020 continue-t-elle. Ainsi donc les acteurs du secteur minier sont des partenaires importants et indispensables. Mme Pauline Zouré a signifié dans ces propos que la présente formation en plus de favoriser la compréhension des mécanismes des marchés internationaux des métaux précieux et le financement d’un projet minier. Ce qui permettra d’améliorer les relations entre les sociétés minières et les services de recouvrement. Pour ce faire de talentueux noms du secteur tels l’Ingénieur Géologue Adama Barry ainsi que le Consultant André Bourassa assureront les communications, modérées par l’Economiste Pierre Claver Damiba.

Le président de la CMB a souhaité qu’au sortir de l’atelier il soit mise en place un cadre formalisé de discussions permanentes entre la CMB et le ministère en charge de l’économie sous l’œil bienveillant de celui en charge des mines. Le ministre en charge des mines par la voix du Secrétaire Général, Maboulaye NOMBRE a souhaité de fructueux échanges pour l’intérêt commun.
La CMB est une association à but non lucratif créée en 2011 avec pour objectif principal la promotion d’un secteur minier compétitif au Burkina Faso.

Balguissa Sawadogo
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Encadré (Extrait dossier de presse) : Quelques chiffres sur le secteur minier au Burkina Faso

Depuis près d’une décennie, les investissements directs au Burkina ont connu une hausse du fait de l’implantation de plusieurs filiales de multinationales dans le secteur extractif.
Les recettes propres dans le budget national n’ont cessé d’augmenter. Elles sont passées de 8 milliards en 2008 à 168 milliards 410 millions de F CFA en 2015. Selon le rapport de l’Initiative pour la Transparence dans l’Industrie Extractive, sur la base des données reportées par l’Etat, après conciliation, les revenus générés par le secteur minier totalisent un montant de 203 milliards 906 millions de F CFA pour l’année 2013 soit 20 à 23% des ressources propres de l’Etat. Ce montant inclut les paiements encaissés directement par l’Etat pour un montant de 201 milliards 253 millions de F CFA et les paiements sociaux pour un montant de 2 milliards 653 millions de F CFA. Les revenus du secteur minier encaissés au niveau du budget national ont progressé de 8% entre 2012 et 2013 dus essentiellement à l’augmentation des recettes provenant des droits de douane.

BS

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles